/regional/montreal/laurentides

Réconciliation entre le maire d’Oka et le grand chef de Kanesatake

TVA Nouvelles et Agence QMI

Le maire d’Oka Pascal Quevillon et le grand chef de Kanesatake Serge Simon se sont réconciliés vendredi lors du Sommet des Premières Nations et des municipalités qui se tenait à Wendake, dans la région de Québec.

Le maire Quevillon a présenté ses excuses relativement aux propos qu’il avait tenus en juillet dernier et que le grand chef Simon avait dénoncés. Une poignée de main a suivi en milieu de matinée, même si tous les enjeux demeurent sur la table.

Le grand chef de Kanesatake et le maire d’Oka étaient à couteaux tirés depuis plusieurs mois relativement à des terrains qu’un promoteur immobilier souhaite céder aux Mohawks, une décision que conteste la municipalité d’Oka, qui craint de se retrouver enclavée.

Le maire Quevillon avait parlé, alors que les tensions s’intensifiaient, de ses craintes qu’Oka devienne entourée de «cabanes à cigarettes et de cabanes à pot». Il avait laissé aussi entendre que les Mohawks faisaient diminuer la valeur des propriétés d’Oka. Le grand chef Simon l’avait accusé de faire preuve de racisme.

Le maire d’Oka ne devait pas être présent vendredi matin pour le discours du grand chef de Kanesatake et son arrivée a créé des remous. Il a d’abord refusé de s’excuser, ce qui a créé un froid dans la salle et le grand chef Simon est même sorti de l’assemblée en colère, selon TVA Nouvelles, qui a indiqué que d’«âpres négociations» ont suivi pour rapprocher les deux hommes.

Ces discussions ont alors accéléré la réconciliation entre les deux hommes.

Devant les médias, le grand chef Simon a salué le «courage» de Pascal Quevillon pour avoir pris les devants et permis le réchauffement des relations entre les deux communautés. Le maire d'Oka s'est dit prêt à tourner la page et à aller de l'avant pour le bien de tous.

«On s’est serré la main, en amitié. On va travailler les enjeux ensemble. M. Quevillon a démontré beaucoup de courage en faisant [les premiers pas]», a dit le chef Simon devant les médias.

Le maire Quevillon a enchaîné en soulignant «qu’il est temps de tourner la page et de regarder en avant, de travailler ensemble pour le bien de nos communautés. C’est pour ça qu’on a été élus et on va le faire», a-t-il dit.

«On est ici pour la réconciliation et c’est ça qu’on a fait aujourd’hui», a ajouté M. Quevillon avant de mettre fin au point de presse et de tourner les talons.

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) a elle aussi salué le «leadership et le courage» du maire d’Oka dans les circonstances.

«Nous nous réjouissons de voir que le maire d’Oka et le grand chef mohawk de Kanesatake ont choisi la voie du dialogue et de la collaboration. L’avenir de leur communauté respective bénéficiera largement de l’approche qu’ils ont décidé ensemble de privilégier», a dit le 2e vice-président de la FQM et maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre.

«La FQM accompagnait depuis [jeudi] le maire d’Oka dans les discussions qui ont mené à cette poignée de main historique. Et nous sommes heureux d’avoir contribué à ce que ce rapprochement, tant souhaité, se concrétise», a poursuivi M. Lapierre.