/regional/sherbrooke/estrie

«Ils m'ont mangée, carrément», raconte la victime

Agence QMI | TVA Nouvelles

Dominique Alain, cette femme violemment attaquée par trois chiens à Potton en mars dernier, espère que les lois changeront pour responsabiliser davantage les propriétaires.

Le 29 mars dernier, Mme Alain faisait du jogging lorsqu'elle a été attaquée par les trois bêtes appartenant à Alan Barnes. Ce dernier a d'ailleurs été arrêté le 26 août, puis remis en liberté sous conditions, a dévoilé la Sûreté du Québec lundi.

«Les chiens avaient faim. Ils ont mangé. Ils m'ont mangée, carrément», a raconté Mme Alain, lundi, en entrevue à TVA Nouvelles.

La citoyenne de Potton, en Estrie, garde d'importantes séquelles, tant physique que psychologique, aux deux bras et aux deux jambes. Ses muscles ont été endommagés et les marques des attaques demeurent bien visibles sur ses membres.

«Ça va être un long chemin. Ça va me prendre plusieurs années pour m'en remettre», a résumé Mme Alain, qui avait dû être plongé dans le coma en raison de la gravité de ses blessures, en mars.

Celle-ci espère maintenant que son histoire permettra de faire changer les lois. «C'est le propriétaire qui est responsable de ce qui m'est arrivé. C'est important que la loi définisse ça, a-t-elle dit. Il faut vraiment donner un outil à la municipalité, et aussi à la SPA, à la SPCA, et à l'Association des vétérinaires [pour leur permettre d'intervenir]».

«Malheureusement, je crois sincèrement qu'il y a de plus en plus de victimes d'attaques de chiens», a aussi ajouté celle qui appelle à la responsabilisation des propriétaires d'animaux.

Le sort d'Alan Barnes se trouve présentement entre les mains du Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui doit déterminer si des accusations seront déposées contre l'homme. Il pourrait être accusé de négligence criminelle causant des lésions.

Dans la même catégorie