/news/culture

«Je sacre beaucoup», affirme l’actrice britannique Julie Andrews

Agence France-Presse

La vedette hollywoodienne Julie Andrews, connue pour ses rôles dans «Mary Poppins» ou «La Mélodie du bonheur», a surpris mardi à la Mostra de Venise, en affirmant que, contrairement à son image, elle «sacrait beaucoup».

«Je sacre beaucoup. M. Disney s'en est rendu compte rapidement», a lancé l'actrice britannique lors d'une rencontre avec la presse à Venise, où elle a été récompensée par un Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière.

Racontant le jour où l'un des câbles par lesquels elle était attachée s'était cassé sur le tournage de «Mary Poppins», et où elle était tombée sur le sol comme «une tonne de briques», elle a ajouté: «Je pense que j'ai dit quelques mots qu'il (Walt Disney) n'avait pas entendu très souvent».

Julie Andrews, 83 ans, récompensé en 1965 par un Oscar pour son rôle de la célèbre nounou aux pouvoirs magiques, a encore souligné qu'elle n'était pas un «modèle de vertu», de la même façon que Mary Poppins «est très correcte vue de l'extérieur», mais «si l'on regarde les doublures de ses vestes et de ses jupes, elles sont très colorées et amusantes».

«Elle a une autre personnalité secrète qui est un peu plus malicieuse», a-t-elle dit.

L'actrice, dont l'image innocente a été renforcée par son rôle Maria, la novice qui devient la gouvernante des enfants von Trapp dans «La Mélodie du bonheur», a affirmé qu'elle avait trouvé l'histoire de cette comédie musicale de Broadway, qui a inspiré le film de Robert Wise, «trop sentimentale, à l'eau de rose et exagérée».

«Vous avez des montagnes, des religieuses et sept enfants, mais les trois ensemble!...», a-t-elle plaisanté. «Donc on a décidé avec le réalisateur Robert Wise qu'on essaierait d'être aussi âpres que possible. Je pense que ça fait une grande différence», a-t-elle poursuivi.

«C'est toujours un film doux et tendre, mais on a fait en sorte qu'il ne soit pas trop à l'eau de rose», a-t-elle dit.