/regional/montreal/laurentides

Atteint du cancer, un ado de 15 ans contraint de vivre dans une roulotte

TVA Nouvelles

Un adolescent de 15 ans qui souffre d'un cancer de l’estomac vit dans des conditions difficiles alors qu’il lutte pour venir à bout de la maladie.

Jérémie Dion habite avec sa grand-mère dans une roulotte au cœur de la zone sinistrée de Ste-Marthe-sur-le-Lac alors que son système immunitaire est à zéro. Ils ont presque tout perdu lors des inondations d'avril et ils ne peuvent plus vivre dans leur maison.

Jérémie a reçu son diagnostic il y a un an. Depuis, il a subi 20 traitements de chimiothérapie au CHU Ste-Justine et il en amorcera une nouvelle série vendredi. Son système immunitaire est faible et il fréquente l'école à l'hôpital seulement pour diminuer les risques d'infections.

Quand il est chez lui, il ne peut pas utiliser la toilette chimique placée près de la roulotte. Il a la sienne, dans une tente, un peu plus loin.

Des maisons sont démolies dans leur secteur, mais la municipalité refuse de les informer à l'avance, ce qui permettait à l'adolescent de mieux se protéger des moisissures.

L'hôpital lui a pourtant demandé de quitter les lieux lorsque des travaux de démolition sont en cours dans les alentours.

«Jérémie met son masque et il ne faut pas que ça soit trop proche, sinon on est fait, tu sais, soutient sa grand-mère, Carole Barkley. Ça fait que nous autres, on quitte.»

Pendant ce temps, ils n'ont aucune nouvelle du ministère de la Sécurité publique concernant un retour éventuel dans leur domicile.

«Là, de la manière qu'on s'en va, on ne pourra pas rentrer cet hiver dans notre maison», ajoute Mme Barkley.

Pendant ce temps, Leucan leur vient en aide.

«Ils avaient besoin d'un hébergement, on a lancé un appel à l'aide sur les réseaux sociaux, indique Mathieu Déziel, directeur de Leucan Laurentides-Lanaudière. C'est la compagnie Prolite, à Saint-Jérôme, qui a répondu et qui a prêté cette roulotte-là pour la période estivale.»

L'organisme tente de faire plus pour les sortir de cette impasse et protéger Jérémie.

«La directrice générale de Leucan, madame Pascale Bouchard, a fait une démarche auprès de la ministre de la Santé pour voir ce qui pourrait être fait», ajoute M. Déziel.

Depuis avril, le CISSS des Laurentides a fait près de 9000 interventions auprès des résidents en détresse psychologique de Ste-Marthe-sur-le-Lac. Carole Barkley n'a pas senti le besoin d'avoir recours à ce service, même si ce qu'elle vit est pire que d'avoir perdu sa maison.

«Ça vient ajouter à la détresse que les gens vivent, indique Mario Jarquin, directeur du programme de santé mentale du CISSS des Laurentides. C'est minimum le double de la détresse que les gens vont vivre.

Dans la même catégorie