/regional/montreal/laurentides

La mairesse veut diviser la population, accusent les riverains

TVA Nouvelles

Serge Racette est l’un des citoyens de Sainte-Marthe-sur-le-Lac qui s’opposent à la construction de la digue en raison de sa hauteur. Il insiste pour dire que l’eau n’a jamais dépassé la hauteur de la digue lors des inondations, mais qu’elle s'est plutôt brisée en raison d’un manque d’entretien pendant près de 30 ans.

À LIRE ÉGALEMENT

Sainte-Marthe n'entend pas à rire avec les riverains

Digue jugée trop haute à Sainte-Marthe-sur-le-Lac: les travaux stoppés

En entrevue avec Mario Dumont, il a réitéré à quel point le relèvement de la digue de 1,4 mètre ne « faisait aucun sens».

La digue actuelle se trouve à 25 mètres au-dessus du niveau de la mer, alors que la nouvelle digue, elle, sera rehaussée à 26,5 mètres.

Selon Serge Racette, si l’eau dépasse la hauteur prévue pour la nouvelle digue, «l’archipel de Montréal, Gatineau, Ottawa, toutes les zones riveraines du bassin versant de la rivière des Outaouais, ça sera un désastre jamais vu dans l’histoire de la province de Québec», affirme-t-il.

Lors des inondations du printemps, le niveau du lac des Deux-Montagnes ne dépassait pas la digue, rappelle le riverain. C’est plutôt une brèche dans la digue qui a permis à l’eau d’entrer.

 

Martin Tremblay, un ingénieur spécialisé en géotechnique, souligne pourtant que la Ville va «au minimum» de ce qui est considéré comme les «bonnes pratiques» d’ingénierie en optant pour une hauteur de 1,5 mètre au-dessus du niveau de l’eau.

«Si la Ville allait dans le sens des riverains, c’est-à-dire dans la construction d’un ouvrage dont la hauteur serait de moins de 1,5 mètre du niveau de l’eau, ce ne serait pas considéré comme un ouvrage de retenue conçu selon les règles de l’art.»

Le ministre Charrette interpellé

Serge Racette interpelle directement le ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, qui s'est rangé mercredi derrière l'administration de Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

«Il est pas mal loin de la réalité, je l’inviterais à venir marcher la digue avec moi, il va comprendre», assure le riverain.

 

«La hauteur de la digue, c’est pour une récurrence de 1 fois aux 1500 ans, on vient de construire le pont Champlain pour des milliards pour 125 ans. On en veut de la digue! On la retouchera dans 125 ans si besoin. On veut protéger les citoyens, il y a un sentiment d’urgence, tous les riverains sont d’accord, on n’est pas deux. On est plus que 30», détaille-t-il.

Il dénonce également les coûts astronomiques liés au rehaussement de la digue, alors que des soumissions publiques pour sa réparation coûtaient 700 000 $.

«Là on arrive à 43 millions $! Qu’on fasse une digue à hauteur raisonnable et qu’on donne l’argent aux sinistrés! On rencontre ces gens, ils en font pitié!», dénonce-t-il.

«C’est un ouvrage démesuré!»

Chicane de voisins

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, le débat entre sinistrés et riverains se poursuit. Une situation que déplore M. Racette, qui explique que le but commun demeure la sécurité des citoyens par un rehaussement de la digue. C’est la dimension de l’ouvrage qui demeure litigieuse, affirme-t-il.

«On est tous d’accord, mais tout ce que [la Ville] tient, c’est un discours pour isoler les riverains et les mettre en opposition avec les sinistrés, déplore-t-il. C’est exactement ce qu’on ne veut pas. On est solidaires avec les sinistrés.»

Il reproche notamment à la mairesse Sonia Paulus de tout faire pour discréditer les arguments des riverains, accusation que réfute fortement la principale intéressée.

 

«C’est totalement faux», tranche-t-elle. «Ce sont ces riverains qui ont fait en sorte qu’il y a eu de la grogne. Les gens derrière étaient fâchés de savoir qu’ils nous empêchaient de passer sur leur terrain», a plus tard affirmé la mairesse en entrevue avec Mario Dumont.

Mme Paulus a réitéré qu’il n’était pas question de faire marche arrière et d’abaisser la hauteur prévue de la nouvelle digue et que la Ville allait continuer de se fier aux recommandations formulées par les experts qu’elle a mandatés.

Dans la même catégorie