/elections

Les libéraux ont dépensé neuf fois plus que l'ancien gouvernement avant les élections

TVA Nouvelles

Si vous avez l'impression de voir les politiciens en campagne électorale depuis des semaines, vous n'avez pas tort. Les ministres et députés du gouvernement libéral ont réellement multiplié les annonces depuis le début de l'été.

Le journaliste David Akin, du réseau Global, compile depuis plusieurs années toutes les annonces de dépenses du fédéral, tant celles faites par le premier ministre que ses députés. Et selon ces données, le gouvernement Trudeau a été particulièrement actif au cours de l'été.

Seulement en août, 4545 annonces gouvernementales ont été faites à travers le pays, pour une valeur totale de 12,9 milliards de dollars. C'est neuf fois plus que l'ancien gouvernement durant le mois précédant le déclenchement des dernières élections. Les conservateurs avaient alors effectué 604 annonces, d'une valeur de 1,4 milliard de dollars.

«Il y a plus de 4500 annonces, presque 13 milliards de dollars, en l'espace d'à peine 30 jours! Je veux dire, c'est rire du monde quand tu en fais tant que ça. Qu'est-ce que vous avez fait pendant quatre ans?», s’interroge le député du Parti conservateur Gérard Deltell.

Les conservateurs accusent les libéraux de faire campagne avec l'argent des contribuables. Faux, réplique le gouvernement. Le ministre du Patrimoine canadien Pablo Rodriguez estime que ces attaques sont simplement partisanes.

«Nous, on fait notre travail. On annonce des projets qui ont été adoptés il y a longtemps, qui ont été approuvés il y a longtemps. Et ça fait partie de notre travail d'aller voir les bénéficiaires des projets», raisonne-t-il.

La compilation démontre aussi que le Québec est la province où le gouvernement Trudeau a fait le plus grand nombre d'annonces le mois dernier, soit plus de 1300, pour une valeur totale de 2,7 milliards de dollars. Le Québec se positionne loin devant l'Ontario (284 annonces d’une valeur de 1,93 milliard de dollars) et les autres régions du pays.

Reste à voir si tout cela se transformera en votes pour les libéraux, qui espèrent bien faire des gains au Québec.