/regional/sherbrooke/estrie

Un jeune père aide seul sa copine à accoucher chez eux

Jonathan Trenblay | Journal de Montréal

C’est ici, devant le lavabo de la salle de bain que Roxane Lemieux a accouché de Lou avec l’aide de son conjoint Samuel Grenache.

collaboration spéciale, Alex Drouin

C’est ici, devant le lavabo de la salle de bain que Roxane Lemieux a accouché de Lou avec l’aide de son conjoint Samuel Grenache.

«Ça n’a pas été long. Après quelques contractions, j’ai reçu le bébé dans les bras comme un ballon de football.»

C’est de cette façon qu’un jeune père de l’Estrie relate comment il a dû s’improviser médecin pour accoucher d’urgence sa conjointe en pleine nuit.

Samuel Grenache et Roxane Lemieux se souviendront toute leur vie de cette nuit mouvementée du 20 au 21 août.

En soirée, les contractions ont commencé à un rythme normal pour la mère de 27 ans. Elle devait donner naissance dans les heures suivantes à leur deuxième enfant en autant d’années.

C’est toutefois bien plus rapidement que la petite Lou Grenache, forte de ses 8 lb et 2 onces, a décidé de pointer le bout de son nez.

Le couple s’apprêtait à quitter sa résidence de Windsor afin de se rendre vers un centre hospitalier de Sherbrooke.

«Je préparais l’auto, quand j’ai entendu crier des toilettes: “Je sens la tête !”, se remémore le père de 29 ans. Ça s’est passé tellement vite. J’étais pas prêt à ça.»

Ce dernier s’est alors empressé de rejoindre sa copine et a aussitôt pu apercevoir l’extrémité du bambin.

«Par chance, la vie s’est arrangée pour que tout aille bien par la suite», se réjouit-il.

Toute sa confiance

«Ç’a déboulé tellement vite. J’ai paniqué», relate la jeune femme, d’un ton aujourd’hui apaisé, heureuse de la tournure des événements.

«Elle m’a dit: “C’est là”. Je suis tombé en mode survie. C’est incroyable, le feeling», confie le père de famille. Il se souvient que sa copine lui a voué une confiance aveugle, même s’il avoue n’avoir aucune idée de ce qu’il faisait.

«Je n’ai même pas pensé à ça. Il fallait juste que le bébé sorte, dit-elle. Je l’écoutais comme s’il était mon médecin depuis toujours.»

Le papa a donc installé oreillers et serviettes au sol afin d’assurer le confort de sa «patiente» allongée.

Pendant ce temps, un répartiteur était en ligne avec eux, alors qu’ils appliquaient au doigt et à l’œil chacune des directives.

«Docteur Grenache»

«À un moment, je lui ai dit qu’elle n’avait plus le choix [que] de pousser», se rappelle Samuel Grenache. Il était alors 1 h 21.

Puis les ambulanciers sont arrivés quelques instants plus tard, après une vingtaine de minutes d’attente.

«Leur face a changé quand je leur ai dit que c’était fait», dit en riant celui qui se fait désormais affectueusement surnommer «Docteur Grenache» par son entourage.

Les deux parents peinent encore à croire ce qu’ils ont vécu. De vives émotions les ont frappés après coup.

«Peu de gens ont la chance de vivre ça. Ça crée un lien spécial», affirme la mère de Lou, deux semaines, et de Thomas, un an.

«Mais c’est quand même moi qui l’ai mise au monde», plaisante-t-elle, sans rien enlever à son copain, qu’on a par la suite traité en héros à l’hôpital.