/news/law

Coupable de voies de fait graves

Nicolas Saillant

 - Journal de Quebec

Après trois ans de procédures et d’attente pour la victime, Cédric Leblond a finalement été reconnu coupable de voies de fait graves sur un homme qui est «très peu fonctionnel aujourd’hui».

Les images captées par les caméras de surveillance de l’ancien bar Red Lounge dans Saint-Sauveur ne laissent pas de doute : les coups portés par l’accusé «dépassent largement la force raisonnable», alors que la victime est «en position de vulnérabilité». La juge Rachel Gagnon n’a donc pas retenu la défense de légitime défense que présentait l’accusé.

Le 9 avril 2016, une altercation verbale avait éclaté entre Cédric Leblond et la victime, Dominique Chrétien. Les images vidéo présentées en preuve monteraient d’abord l’accusé de 33 ans se diriger vers la victime en frappant son poing dans sa main.

Puis, trois premiers coups de poing sont lancés au visage de la victime avant que la femme qui l’accompagne ne s’interpose et pousse même l’agresseur, non sans recevoir elle aussi des coups de sa part. Après quelques instants, une seconde altercation éclate où la victime est frappée à une douzaine de reprises.

Sonné, l’homme agressé porte plainte et est transporté à l’hôpital. De multiples fractures sont diagnostiquées et un taillis métallique est placé sous sa peau lors d’une opération chirurgicale.

Plus le même

Si la famille s’est dite «soulagée» de la décision de la juge, il en va autrement pour la victime qui «ne réalise pas encore» complètement la situation.

«Dominique, c’est un jour à la fois : c’est toujours imprévisible. On ne sait jamais comment il se lève, comment il va se coucher. On ne sait pas comment ça peut tourner dans sa tête», a dit Nathalie Fournier, la mère de la victime.

La procureure Mélanie Tremblay a indiqué que la victime «est très peu fonctionnelle aujourd’hui» et souhaite présenter une preuve en ce sens pour déterminer la sentence.

Dans la même catégorie