/news/politics

Nouvel appel pour une réforme électorale

Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Une nouvelle coalition regroupant une quarantaine d'organisations remet sur la table la nécessité d’une réforme électorale au Québec.

Formée de groupes, organismes et syndicats, la Coalition pour la réforme électorale maintenant! demande au gouvernement caquiste de respecter sa promesse électorale de réformer le mode de scrutin à temps pour les élections de 2022.

«Nous avons réuni plus d'une quarantaine de groupes en une semaine et l'engouement ne fait que croître. Notre objectif est de fédérer des organisations de la société civile dans toutes les régions du Québec d'ici le 1er octobre, pour rappeler au gouvernement de ne pas manquer ce rendez-vous historique pour notre démocratie», a déclaré Alain Marois, vice-président à la vie politique de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE).

La coalition soutient que le premier ministre François Legault a la légitimité et les moyens d'agir pour déposer un projet de loi», et ce, avant le 1er octobre prochain.

Elle réclame l’instauration de la proportionnelle mixte compensatoire pour les prochaines élections générales, comme promis en mai 2018 dans une entente avec tous les principaux partis politiques, excepté le Parti libéral du Québec.

François Legault s'est engagé à déposer, au plus tard le 1er octobre, un projet de loi pour réformer la manière dont les Québécois élisent leur gouvernement. Il souhaite instaurer un système «proportionnel mixte» et n'exclut plus de tenir un référendum sur la réforme du mode de scrutin.

La coalition réclame aussi des mesures pour assurer la parité femmes-hommes à l'Assemblée nationale.

«Le meilleur moyen pour mettre fin au cynisme des citoyens et citoyennes envers la politique, c'est la réforme du mode de scrutin en y incluant des mesures législatives pour assurer la parité femmes-hommes», a précisé la directrice générale du Groupe Femmes, Politique et Démocratie, Esther Lapointe.