/regional/montreal/montreal

Tué par un bête débris de chantier de construction

Frédérique Giguère | Journal de Montréal

Un homme de 36 ans a été victime d’une mort absurde la semaine dernière, probablement après avoir été heurté au visage par un débris provenant d’un chantier de construction à Montréal.

Vendredi dernier, vers 14 h 30, Jean-Philippe Gaudreau circulait à pied sur le trottoir qui borde la Plaza Saint-Hubert quand un débris a été projeté sur son visage. Il est aussitôt tombé au sol.

Un commerçant a rapidement alerté le 911 et la victime a été conduite d’urgence à l’hôpital. Il a finalement succombé à ses blessures lundi, soit trois jours plus tard.

Morceau de béton

Tout indique que l’objet en question est un morceau de béton qui était en train d’être scié sur le chantier du projet de réaménagement de la Plaza Saint-Hubert.

Les travaux ont pour but de recouvrir le trottoir de pavé uni à cet endroit.

Selon la Ville de Montréal, une clôture séparait les ouvriers et la machinerie de M. Gaudreau.

Or, un commerçant témoin de la scène affirme tout le contraire.

Grosse malchance

L’entreprise embauchée en sous-traitance par la Ville qui est responsable des travaux de réaménagement, Eurovia, n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue hier.

«C’est vraiment un bête accident, souligne la mère de Jean-Philippe Gaudreau. Il était au mauvais endroit au mauvais moment.»

La femme de 66 ans n’a toutefois pas souhaité émettre davantage de commentaires, elle qui attend impatiemment des réponses.

Cet accident invraisemblable est présentement entre les mains du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) puisqu’il pourrait s’agir d’un cas de négligence criminelle de la part du responsable du chantier.

Fragment mortel

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) est également impliquée dans le dossier et a rencontré l’entrepreneur.

A priori, tout indique qu’il est décédé des suites de blessures causées par le fragment. C’est d’ailleurs l’hypothèse privilégiée par les autorités. Il faudra attendre les résultats de l’enquête du coroner afin d’écarter les autres théories, comme celle d’une crise cardiaque.

– Avec la collaboration de Valérie Gonthier et Maxime Deland.