/regional/estduquebec/gaspesie

Dorian: les Îles-de-la-Madeleine sur un pied d'alerte

Étienne Paré | Agence QMI

Les Îles-de-la-Madeleine ont commencé à subir les effets de la tempête Dorian samedi soir, avec de très forts vents balayant l’archipel, un niveau de la mer très élevé et de nombreuses pannes d’électricité.

Interrogé en direct au bulletin de 22 h de TVA, le maire des îles, Jonathan Lapierre, a indiqué que plusieurs milliers d’abonnés étaient sans électricité et que «les vents étaient de plus en plus forts [...] avec des rafales qui dépassent très certainement les 110 km/h». Il a aussi mentionné que le niveau de la mer était «extrêmement élevé» et que des débris avaient été signalés à plusieurs endroits, forçant notamment la fermeture d’une portion de route.

M. Lapierre a demandé à ses concitoyens de demeurer prudents et de rester à l’abri à la maison en attendant que la météo se calme.

À LIRE ÉGALEMENT

Dorian s'attaque à l'est du Québec

2100 croisiéristes se réfugient à Sept-Îles

 

 «C’est une très longue nuit qui s’annonce», a-t-il confié, précisant que la force des vents devait augmenter durant la nuit. Des rafales allant jusqu’à 120 km/h étaient effectivement prévues par Environnement Canada au cours de la nuit aux îles. La quantité totale de pluie pourrait par ailleurs dépasser les 60 mm, soit plus de la moitié des 100 mm reçus en moyenne durant un mois de septembre aux îles.

Une veille d’ouragan était en vigueur samedi soir pour les Îles-de-la-Madeleine, de même qu’un avertissement de tempête tropicale. Des inondations dues notamment aux grosses vagues et à un fort ressac étaient en outre possibles, selon Environnement Canada.

«Ce n’est pas la première tempête que nous avons connue, mais par contre, celle-ci devrait être bonne, de là l’intérêt de bien se préparer», avait expliqué le maire Lapierre, en entrevue à LCN, plus tôt dans la journée.

Bell et Hydro ont notamment déployé des équipes supplémentaires pour intervenir si jamais un bris d’équipement devait survenir. Les pompiers sont également prêts à intervenir.

Par mesure de sécurité, Air Canada a annulé tous ses vols samedi et on s’attend à la même chose dimanche.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine s’attendait par contre à ce que les épiceries et les routes demeurent ouvertes après le plus fort de la tempête. Les Madelinots n’avaient d’ailleurs pas reçu de consigne pour s’approvisionner en denrées à l’approche de la tempête.

«Par contre, on passe le message depuis hier [vendredi] de bien attacher ce qui peut se trouver à l’extérieur ou autour des maisons, de ramasser ce qu’on peut ramasser, comme les barbecues. Les propriétaires des terrains de camping des îles ont également été sensibilisés à l’importance d’élever la sécurité d’un cran», a dit Jonathan Lapierre au cours de la journée, samedi.

Environnement Canada a prévenu que certains bâtiments pouvaient être endommagés sur l’archipel à cause des vents violents et des pluies torrentielles.

«Ce qui peut arriver, c’est que des poteaux soient sectionnés, tombent au sol et abîment de l’équipement. Un des risques aussi, c’est l’érosion. À certains endroits les poteaux sont près des berges. Lors de la dernière tempête en novembre 2018, certains poteaux s’étaient retrouvés dans l’eau à cause de l’érosion», a expliqué Jonathan Côté, porte-parole d’Hydro-Québec, qui a assuré que ses équipes avaient été à pied d’œuvre tout au long de la journée de samedi pour solidifier les équipements.

La Nouvelle-Écosse touchée

Samedi, Dorian a d’abord sévi en Nouvelle-Écosse, où il a touché terre et fait plusieurs dégâts. Une grue s’est notamment effondrée sur un immeuble en construction au centre-ville d’Halifax en fin d’après-midi à cause des forts vents. Environnement Canada a enregistré samedi soir des rafales allant jusqu’à 155 km/h. Plusieurs toits ont été arrachés.

Plus de 300 000 personnes étaient sans électricité dans la province.

La tempête était alors considérée comme un «très intense système post-tropical», après avoir été classifiée comme un ouragan de catégorie 1 pendant une bonne partie de la journée. L’ouragan est même passé en catégorie 2 pendant un court instant avant d’atteindre les côtes, ce qui est un phénomène extrêmement rare en eaux canadiennes.

«Habituellement, les tempêtes s’affaiblissent en montant à cause de l’eau froide, mais cette fois-ci, l’affaiblissement n’est pas aussi rapide», a expliqué Bob Robichaud, météorologue à Environnement Canada.

De la pluie et du vent en Gaspésie et sur la Côte-Nord

La situation devrait revenir à la normale au courant de la journée de dimanche.

D’ici là, Dorian aura aussi touché la Gaspésie et la Basse-Côte-Nord, où étaient attendus entre 50 et 90 mm de pluie. Dans l’extrême est de la Côte-Nord, des rafales soufflant à près de 110 km/h étaient prévues jusqu’à dimanche matin.

 

Voyez l’entrevue que nous a accordée Jonathan Lapierre dans la vidéo ci-haut.

Dans la même catégorie