/regional/quebec

Toutes les alarmes d’un tueur en puissance retentissaient

Nicolas Lachance | Bureau d'enquête

À l’aide de documents et de témoignages recueillis dans la famille et chez les professionnels entourant le tueur de masse Alexandre Bissonnette, notre Bureau d’enquête a retracé le parcours d’un individu déséquilibré qui a trop facilement déjoué le système canadien de contrôle des armes à feu pour commettre l’irréparable.  

Il est 19 h, dimanche soir 29 janvier 2017. Raymond Bissonnette téléphone à son fils, qui vient de quitter la maison en possession d’armes à feu. Au bout du fil, il le supplie de revenir ranger ses armes à la résidence familiale, lui rappelant que le club de tir est fermé à cette heure-là. Alexandre Bissonnette répond qu’il ira vérifier quand même.  

« Pourquoi tu ne reviens pas tout de suite ? » réclame son père.   

« Choqué », Alexandre lui demande de le laisser tranquille.  

Quelques minutes plus tard, le jeune homme de 27 ans arrive au Centre culturel islamique de Québec avec un Glock 17 ainsi qu’une carabine VZ, y abat froidement six hommes et tente d’en tuer des dizaines d’autres avant de prendre la fuite.   

 

Idées suicidaires  

Trois ans avant la tuerie de la mosquée de Québec, Alexandre Bissonnette a des idées suicidaires. Une époque où il était très anxieux. Des symptômes qu’il a depuis plusieurs années, mais qui semblent prendre de l’ampleur. Il fait des crises de panique, de l’anxiété de séparation, sans compter son hypocondrie. Il peut appeler ses parents de 4 à 5 fois par jour. Il consomme aussi beaucoup d’alcool. Une consommation qu’il a découverte au cégep et qui l’aide à se désinhiber.  

C’est l’époque où il commence un nouveau boulot chez Héma-Québec.   

Au printemps 2014, Bissonnette lit beaucoup sur le suicide et les tueries. 

Au même moment, en Californie, Elliot Rodger, 22 ans, tue six personnes et en blesse plusieurs autres avant de s’enlever la vie. Il est motivé par sa haine des femmes et publie un manifeste sur le web avant le massacre. 

Bissonnette se reconnaît dans les propos du tueur ; il pouvait « comprendre pourquoi il avait fait ça ».  

Alexandre Bissonnette à cheval.

Photo Facebook

Alexandre Bissonnette à cheval.

  

Alexandre Bissonnette détermine alors la date de sa mort : quelque part en août 2014.  

En parallèle, une personne proche de lui consulte un psychiatre en raison d’un état dépressif. Elle est d’ailleurs hospitalisée à l’urgence psychiatrique.   

Lors d’une visite à cette personne, à l’hôpital, Alexandre décide qu’il doit taire ses propres idées noires, car il « ne voulait pas » se « ramasser là ».   

Or, le moment venu, Bissonnette n’est pas capable de passer à l’acte. Il croit qu’il serait plus facile de se suicider à l’aide d’un fusil.   

Un ami chasseur lui avait parlé des cours de maniement d’armes. L’idée d’avoir une arme a fait disparaître temporairement l’anxiété de Bissonnette.   

Il s’est inscrit au cours, se disant qu’il aurait « du pouvoir ». Il ment sur ses formulaires pour l’obtention de ses permis d’acquisition et de possession d’armes à feu, omettant d’indiquer ses antécédents en matière de santé mentale et ses idées suicidaires. Il se faufile ainsi entre les mailles du système.   

Il voulait « faire mal »  

<b>Marie-Frédérique Allard </b><br />
Psychiatre

Photo Amélie St-Yves

Marie-Frédérique Allard
Psychiatre

  

Il attendait son arme avec impatience, confie Bissonnette à la psychiatre Marie-Frédérique Allard. Sa seule crainte était d’échouer à l’examen de maniement.   

Alors qu’il attend son arme, il imagine pour la première fois qu’il pourrait « faire quelque chose de gros ».  

« C’était rendu que juste me suicider, je voyais ça comme faible », a expliqué Bissonnette à la Dre Allard.  

Il y a un aspect narcissique chez Alexandre Bissonnette, souligne la psychiatre. « Il ne voulait pas seulement se suicider. Il voulait faire quelque chose qui allait faire mal. Ne pas mourir comme le pauvre petit gars qui avait été intimidé. »  

<b>En haut à gauche</b>: Bissonnette jouant aux échecs, un jeu auquel il excelle. <b>En haut à droite</b>: Alexandre Bissonnette à l’adolescence. <b>En bas à gauche</b>: Bissonnette en tenue de cadets. <b>En bas à droite</b>: Raymond Bissonnette fait la lecture à ses fils avant l’heure du dodo. À droite sur la photo, Alexandre Bissonnette.

Photos courtoisie

En haut à gauche: Bissonnette jouant aux échecs, un jeu auquel il excelle. En haut à droite: Alexandre Bissonnette à l’adolescence. En bas à gauche: Bissonnette en tenue de cadets. En bas à droite: Raymond Bissonnette fait la lecture à ses fils avant l’heure du dodo. À droite sur la photo, Alexandre Bissonnette.

  

Bissonnette n’est toutefois pas « un narcissique classique », signale le psychologue Marc-André Lamontagne. Il n’est pas flamboyant comme d’autres tueurs. Il n’est pas un psychopathe. « C’est un narcissique fragile. Il a une faible estime de lui. Il se sent inférieur aux autres, un incapable qui n’est pas à la hauteur. Mais au fond de lui, ce sentiment-là est causé par les autres. Il se considère, même aujourd’hui, comme une victime. »   

À l’adolescence, il avait déjà pensé tuer les gens de sa classe. Mettre le feu à l’école. Il s’était aussi intéressé à la tuerie de Columbine. Mais les idées de vengeance se forgent concrètement en 2014. « C’était comme une obsession », mentionnera Bissonnette.   

En octobre de la même année, il obtient son permis d’acquisition et de possession d’armes à feu. Il achète son premier fusil de chasse.   

Il chasse, mais ce qu’il aime particulièrement, c’est tirer.   

Esprit religieux et terrorisme  

En 2015, il s’intéresse à l’élection présidentielle américaine. Il s’ouvre même un compte Twitter. Il commence aussi à lire sur le terrorisme.   

Il considère que le terrorisme n’est pas une bonne chose. Que les attaques motivées par la religion ou une idéologie sont « inacceptables ». Il développe un intérêt pour le terrorisme et ce qui touche l’islam. Il ne peut soutenir une tuerie motivée par l’islam.   

Il pense que s’il y a un Dieu, ce n’est pas ce Dieu-là et que c’est condamnable. « Mais les tueries dans les écoles, c’était différent », se disait-il.   

C’est une année où il en veut également à tout le monde. Il soutient que c’est à cause des jeunes qui l’ont intimidé au secondaire qu’il a des idées suicidaires.   

Avec des armes, il a maintenant quelque chose qui l’excite dans la vie. Il achète une arme sur internet et obtient, en mentant à nouveau, un permis restreint pour des armes.   

« Si jamais je me suicide, je vais peut-être tuer du monde avant », avance-t-il, selon les rapports psychiatriques. Une idée qui se précise à l’hiver de cette même année. Il fixe de nouvelles dates pour se donner la mort. Toutefois, chaque fois, il les repousse.   

« C’est comme si j’me trouvais des excuses », exprime-t-il dans une évaluation psychiatrique. Il mentionne qu’il avait besoin de plus de balles, d’une autre arme.   

« Était-il apte à posséder des armes ? Honnêtement, et je ne veux pas blâmer les parents, ce sont des gens qui ont fait ce qu’ils pouvaient. Mais connaissant son état mental et connaissant certaines choses, est-ce que les armes m’inquiéteraient comme parent ? Probablement », indique la Dre Allard en entrevue.   

Anxiété et intimidation  

Car Alexandre Bissonnette a toujours été un enfant anxieux, relate la psychiatre. À la garderie et à l’école primaire, il avait de la difficulté à quitter la maison, à laisser ses parents.  

Bébé Alexandre Bissonnette qui pointe le bout de son nez.

Photo courtoisie

Bébé Alexandre Bissonnette qui pointe le bout de son nez.

  

« C’est assez frappant dans son histoire », signale la Dre Allard, ajoutant qu’il a une fragilité bien à lui et qu’il a toujours été dysfonctionnel. « Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. »   

La direction de l’école primaire aurait recommandé qu’il soit évalué en pédopsychiatrie. On lui aurait prescrit du Ritalin.  

Sans compter son incapacité à tisser des liens avec les autres camarades durant son parcours scolaire.   

Alexandre Bissonnette raconte avoir été victime de violence physique à l’école. Par exemple, des élèves l’auraient déjà sorti par une fenêtre de la classe, il se faisait pousser dans les corridors, se faisait injurier, intimider.  

En entrevue, l’une de ses anciennes enseignantes, Lucie Côté, relate qu’Alexandre Bissonnette était un garçon ambitieux, mais aussi « méfiant ».   

« Il se surveillait. J’ai compris plus tard qu’on lui donnait des coups d’épaule. »   

Elle a été témoin de la nervosité de Bissonnette. De son côté, il répliquait à ses intimidateurs. Il avait des tics.   

« C’était dur. Il retrouvait son étui à crayon dans la poubelle [...]. Ça m’a marquée », souligne-t-elle, admettant qu’elle s’en veut de ne pas avoir été plus utile à l’époque.   

Bissonnette a parlé à ses parents de l’intimidation qu’il vivait. Ils lui auraient répondu qu’il fallait « passer au travers ».   

Au secondaire, il a fréquenté l’école des Grandes-Marées au premier cycle. Puis les Compagnons-de-Cartier. Alexandre a un frère jumeau. Mais il n’a jamais été dans la même classe que lui.   

En secondaire IV, il a doublé pour « laisser passer » ceux qui l’intimidaient. L’intimidation a tout de même continué.   

Il est victime d’intimidation en raison de sa petite stature. Il raconte qu’il n’avait pas les mêmes intérêts que ses camarades de classe. Qu’il avait peu d’amis. Ce qu’il aimait, c’était jouer à l’ordinateur. « J’étais immature pour mon âge », reconnaît le tueur.   

Il passe beaucoup de temps à jouer à des jeux de guerre et d’aventure. Il personnifiait un mage. Il avait hâte de redevenir ce personnage parce qu’il avait des amis.   

« Beaucoup de nos patients ont été victimes d’intimidation. Ça va jouer sur leur estime. Ils vont peut-être être déprimés et devenir anxieux, mais ça n’en fera pas des tueurs, loin de là. On ne peut pas dire qu’il y a une seule chose qui aura fait qu’Alexandre Bissonnette a fini par tuer six personnes », souligne la Dre Allard.   

À 16 ans, il prépare sa pendaison. Mais avant de mettre son plan à exécution, il fait une crise devant ses parents. Il pleure en disant qu’il était stressé et qu’il ne voulait plus aller à l’école. Il a consulté un médecin à ce moment-là.   

« Ça a comme explosé », a-t-il dit. Mais, il n’a pas parlé de ses idées suicidaires.  

On voit ici Alexandre Bissonnette qui monte un meuble, quelques mois avant la tuerie de la mosquée.

Photo courtoisie de la famille Bissonnette

On voit ici Alexandre Bissonnette qui monte un meuble, quelques mois avant la tuerie de la mosquée.

  

Au cégep, l’intimidation a cessé. Il a quelques amis et sort dans les bars. Il commence sa consommation d’alcool.   

Il rêve même de devenir pilote de ligne. Mais rapidement, il abandonne le projet.   

Il n’est pas vraiment intéressé par le cégep. Il ne savait finalement pas ce qu’il voulait faire de sa vie. Il était troublé.   

L’anxiété reprend de plus en plus de place.   

Il a peur de mourir, peur que ses parents meurent ou qu’il leur arrive quelque chose.   

Il a toujours la crainte d’avoir une maladie grave. Il rencontre le psychologue du collège pour son anxiété.   

À la fin du cégep, il se fait prescrire des antidépresseurs qu’il prend durant deux mois.   

La psychiatre Allard note que Bissonnette n’a jamais eu de suivi soutenu de ses états dépressifs.   

En 2012, Bissonnette s’inscrit à l’Université Laval. Il commence des études en anthropologie, mais a également été accepté en théologie. C’est une époque où il visite souvent des forums de discussion sur l’origine de Dieu.   

Alexandre Bissonnette est catholique. Croyant, mais non pratiquant. Il possédait une bible qu’il lisait par moments. Il croit qu’il y a quelque chose après la mort.   

Selon le psychologue Marc-André Lamontagne, Bissonnette cherchait depuis des années des réponses à ses questions sur la mort.   

Mais à la suite de la grève étudiante de 2012, il décide de rejoindre son frère en science politique. Il explique qu’il vit une période au cours de laquelle il se cherche beaucoup entre 2011 et 2013. « J’étais déprimé », a-t-il indiqué à la Dre Allard.   

Il passe des heures à regarder des objets de son enfance, comme des vidéos et des photos.   

Il s’isole dans sa chambre, il rumine. Il est souvent branché en ligne, sur des forums de discussion. Il ne trouve pas de sens à sa vie. Son sommeil est perturbé, il ne dort pas et est constamment fatigué.   

Il a des idées de mort, mais pas de plan précis. Il pense mourir dans un accident ou se laisser geler dans la neige.   

« Lorsqu’on regarde son histoire, c’était un jeune homme relativement timide et isolé. C’est aussi un garçon pour qui sa famille était très importante. C’était son seul réseau. Je ne veux pas le déresponsabiliser. Mais je pense qu’il voulait protéger ses parents et son frère en ne leur disant pas qu’il n’allait vraiment pas bien. Ç’a été une très mauvaise décision de ne pas en parler », soutient Marie-Frédérique Allard.   

Et l’été 2016 arriva. Il a commencé à beaucoup s’inquiéter pour ses armes.   

Obsédé par les armes  

La crainte qu’on lui retire ses armes à feu l’obsède. Les armes, elles étaient entreposées dans la résidence familiale. La seule pensée de quitter la maison l’angoisse. Il doit appeler à plusieurs reprises ses parents afin de se rassurer.   

Il passe de nombreuses heures dans la journée à craindre qu’on réquisitionne ses armes. Que si les policiers les lui enlèvent, il devrait se suicider rapidement.  

La carabine VZ de Bissonnette, qui n’a pas fonctionné lorsqu’il a voulu s’en servir à la mosquée. Il l’avait rangée dans un étui à guitare. 

Photo courtoisie

La carabine VZ de Bissonnette, qui n’a pas fonctionné lorsqu’il a voulu s’en servir à la mosquée. Il l’avait rangée dans un étui à guitare. 

  

Ainsi, il limite ses sorties. « J’étais obsédé par ça », a-t-il déclaré aux experts. Moins d’un an après l’obtention de son permis, il est déjà propriétaire de quatre armes.   

« Avec une première arme, il s’est rendu compte du pouvoir qu’il avait sur autrui. C’était clairement obsessif. Son côté compulsif était alimenté par tous les sites internet qu’il consultait sur les tueurs de masse. Il s’identifiait à ceux qui avaient une vie semblable à la sienne », commente la Dre Allard.   

Bissonnette disait à ses parents qu’il pratiquait le tir de précision sur des cibles.  

Le Glock 17 (9 mm) qui a servi à Bissonnette pour assassiner les fidèles de la mosquée de Québec. 

Photo courtoisie

Le Glock 17 (9 mm) qui a servi à Bissonnette pour assassiner les fidèles de la mosquée de Québec. 

  

Il restait discret à ce sujet. Il cachait ses armes. Il n’en parlait pas. Sa famille n’a jamais possédé d’armes à feu. La chasse et les fusils n’étaient pas ancrés dans la culture familiale.   

Son père en savait un peu plus sur son nouveau passe-temps. Ce dernier est même allé quelquefois au champ de tir avec lui.   

Mais les cycles de pensées suicidaires se poursuivent et s’intensifient. Ils deviennent plus urgents. Entre-temps, il continue à travailler et à boire de l’alcool.   

Hausse de l’anxiété  

Cet été-là, les parents demandent à Alexandre et à son frère de déménager.   

Bissonnette a 26 ans et ne veut rien savoir. Il ne veut pas déménager ses armes.   

Il accepte néanmoins de quitter le nid familial pour un appartement.  

Or, son anxiété a grandement augmenté après le déménagement. Il se sent mal. Il en veut à « pas mal tout le monde ».   

C’est aussi durant cette année qu’il a commencé à s’intéresser beaucoup à l’immigration. « Eux autres, c’est une gang de terroristes », croyait-il. C’était « plus facile de justifier avec eux ».   

Ses idées sur le sujet sont toutefois fluctuantes, mais plus il lit sur le terrorisme et plus sa croyance augmente. Il continuait aussi à suivre Donald Trump.  

« Des idées alimentées par des préjugés. Des idées racistes », a expliqué Marc-André­­­ Lamontagne en entrevue avec notre Bureau d’enquête. Ces derniers se sont forgés dans ses lectures sur le web, dans son appréciation de la politique canadienne et américaine, dans la campagne électorale de Donald Trump.   

Selon le psychologue Lamontagne, Bissonnette considérait l’immigration comme une menace réelle. « Il considérait les musulmans comme une menace. Clairement, il avait des préjugés. L’idée qu’il se dise qu’il pouvait y avoir un terroriste à la mosquée... il y a une part de racisme. »   

« Il a transféré une haine de la société, sa haine des gens qui l’ont intimidé. Il l’a projetée à l’extérieur et il s’est trouvé une défaite. Il s’est dit dans les musulmans, il y a des terroristes... C’est comme ça que sa cible est arrivée », ajoute Marie-Frédérique Allard.   

Un carnage évité  

Puis l’automne 2016 apporte son lot d’idées noires dans la tête d’Alexandre Bissonnette. Il demeure triste, déprimé, stressé et isolé dans son propre monde. Il lit constamment sur le suicide, les tueries, le terrorisme et l’immigration.   

Il mentionne qu’il « n’y avait rien de personnel » et qu’il n’était pas fâché lorsqu’il croisait des étudiants étrangers.   

Mais ses idées suicidaires sont de plus en plus envahissantes. Il se répète qu’il doit passer à l’acte.  

Alexandre Bissonnette qui s’achète une Vodka ice quelques minutes avant de commettre la tuerie.

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Alexandre Bissonnette qui s’achète une Vodka ice quelques minutes avant de commettre la tuerie.

  

Le 26 novembre, Bissonnette va chercher ses armes chez ses parents. Il a un plan. Il a son ordinateur, deux pistolets et 50 balles.   

Il ne se sent pas bien et est très anxieux. Il a des palpitations. Il boit une demi-bouteille de vin pour se calmer, puis il achète un cooler. Il se rend au centre d’achat Laurier Québec en voiture avec ses armes. Il se stationne dans le souterrain du centre commercial.   

Il a de fortes idées suicidaires et décide de « faire quelque chose à la Place Laurier ».  

Il charge ses armes.  

Mais il a peur que les policiers viennent les chercher. Alors, il part et consomme de l’alcool à nouveau. Le breuvage lui donne le courage de revenir dans le stationnement.   

Il entre au Starbucks avec son ordinateur et ses armes chargées.   

Son objectif est d’écrire un message sur Facebook afin d’expliquer son geste.   

Il reste assis longtemps sans rien faire. Il écrit un message et l’efface ensuite.   

« Finalement, je n’ai rien fait, a-t-il relaté à la psychiatre Allard. Sinon, je n’aurais pas eu le choix [...]. C’est comme si je n’en revenais pas que j’allais faire ça. »   

Il ne voulait pas tuer des innocents dans le centre commercial. Après cet événement, Bissonnette est devenu encore plus anxieux.   

« Je m’étais fait un scénario que la caméra m’avait vu dans le stationnement », a-t-il relaté. Il pensait constamment à ça. Il dormait mal.   

Il garde un couteau avec lui en permanence.  

Médicaments et alcool  

À la suite de cet événement, Bissonnette consulte son médecin Clément Nolin à la Clinique médicale des Campaniles. Il lui prescrit du Luvox pour son anxiété.   

De plus, au cours des dernières années, la consommation d’alcool de Bissonnette avait augmenté. Elle était variable, mais il pouvait boire trois à quatre fois par semaine.   

« Ça pouvait être beaucoup », admet le tueur à la psychiatre Allard.   

Il dit qu’il pouvait boire une bouteille de vin puis retourner au dépanneur acheter une bière de 750 ml à 8 % pour s’enivrer et diminuer ses symptômes d’anxiété.  

« Ça me rend comme une autre personne. J’ai plus peur de rien, a-t-il expliqué à la Dre Allard. Ça me remonte le moral pendant un instant. »   

Sauf qu’ensuite, les symptômes revenaient avec force. Il pouvait consommer avant de se rendre au travail ou en classe.  

Durant le mois de décembre 2016, Bissonnette a justement de la difficulté à se rendre au travail et laisser ses armes. Une crainte qui s’amplifie, comme celle de se retrouver en prison. Il se sent très déprimé, « comme en phase terminale d’un cancer ».   

Il a dit à son père qu’il était inquiet parce qu’il avait tiré dans le bois avec une arme, sachant que ce n’était pas légal. Raymond Bissonnette a dû le rassurer.  

Il a également pensé tuer ses camarades à l’université parce qu’il se sentait triste et en colère. « Personne ne me parlait », a-t-il confié. Il trouvait ses camarades individualistes.  

Cependant, il ne s’est jamais senti persécuté par les camarades d’université.   

Le 28 décembre 2016, Bissonnette va chez sa tante pour une soirée. Il part tôt, craignant de se faire arrêter par la police encore en raison de ses armes. C’est ce soir-là qu’il passe devant le Centre culturel islamique.   

« Je commençais à avoir cette idée-là », relate Bissonnette à la psychiatre Allard.   

Il essaie ainsi de rationaliser son geste. Il y avait « certainement un tueur radical » dans la mosquée, se disait-il pour justifier son idée d’aller tuer des gens à cet endroit.   

La psychiatre Marie-Frédérique Allard souligne qu’il s’agit d’un comportement très « narcissique ». Qu’il s’agit d’un garçon qui fait de la distorsion cognitive. Par exemple, il avait certaines croyances très particulières par rapport à la mort.