/news/law

22 mois de taule pour des rêves brisés

Michael Nguyen | Journal de Montréal

L’accusé Michael Barchichat, photographié au palais de justice de Montréal en mars 2018.

archives, Pierre-Paul Poulin

L’accusé Michael Barchichat, photographié au palais de justice de Montréal en mars 2018.

Un fraudeur sans scrupule qui a détroussé pour plus de 100 000 $ des familles qui rêvaient de s’acheter une maison a écopé de 22 mois de prison, au grand soulagement de ses victimes.

« Après 10 ans d’attente, on a fini par obtenir justice », a lancé Jean Donat Marceau, jeudi, au palais de justice de Montréal.

Quelques minutes plus tôt, l’homme était aux premières loges pour voir Michael Barchichat, 37 ans, se faire passer les menottes et prendre le chemin de la détention pour ses crimes remontant à 2008.

À cette époque, Barchichat avait ciblé plusieurs familles qui cherchaient à devenir propriétaires, mais qui n’avaient pas les moyens d’obtenir un prêt bancaire. Se présentant comme un prêteur privé, il leur proposait alors de les aider.

« Il était décrit comme un homme aimable et serviable », a rappelé la juge Linda Despots.

Rêves anéantis

Mais une fois qu’il recevait de l’argent pour une prétendue mise de fonds, le fraudeur se volatilisait, au grand désarroi de ses victimes qui ont réalisé trop tard qu’elles s’étaient fait avoir et que leur rêve venait d’être brisé.

« Certaines victimes ont dû faire appel à des banques alimentaires pour nourrir leurs enfants », a noté la magistrate.

Il a fallu attendre plusieurs années pour que la police arrive à arrêter le fraudeur, qui a longtemps clamé son innocence. Il a toutefois été déclaré coupable de fraude, et c’est à ce moment qu’il a fait part de timides regrets.

« J’ai fait des erreurs, mais j’étais jeune, c’était involontaire... Je demande votre clémence, Madame la Juge, pardonnez-moi... », avait imploré Barchichat en juin dernier.

Clémence refusée

Il espérait ainsi s’en sortir avec de la prison à domicile, mais ses paroles n’ont pas attendri la juge.

« Les conséquences sur les victimes ont été au-delà des pertes financières, le tribunal se questionne sur la remise en question de l’accusé », a dit la juge en rappelant que ses victimes étaient vulnérables et que Barchichat avait agi par cupidité.

Remboursés

Elle l’a donc condamné à 22 mois de prison, soit juste un peu moins de ce que demandait la Couronne. Car après plus de 10 ans, Barchichat a remboursé la presque-totalité des montants fraudés.

« Le mal est déjà fait, on a déjà été à terre, mais récupérer notre argent, après une décennie, c’est extraordinaire », a commenté M. Donat Marceau, qui a perdu 70 000 $ dans cette affaire.

Une autre victime s’est aussi réjouie de cette conclusion, après avoir souligné avoir « perdu espoir » il y a plusieurs années de cela.