/news/culture

Étienne Boulay livre un texte touchant à propos de sa sobriété

Vanessa Hébert | Journal de Montréal

Instagram @etienneboulay22

Avec ouverture et vulnérabilité, Étienne Boulay a écrit un texte senti à propos de sa sobriété, lundi en fin de journée.

L'ancien joueur des Alouettes a eu un petit rappel de la part de Facebook, alors que le réseau social lui a remémoré qu’il y a quatre ans, soit en 2015, il fêtait sa première année d’abstinence.

«Très fier de mon cheminement, j’ai baissé mes gardes peu de temps après, croyant que j’avais officiellement réussi à me débarrasser de mes démons pour de bon. Je ne me suis pas rendu à 2 ans. J’ai rechuté et je n’ai pas été capable de me ramener jusqu’en janvier 2017», a-t-il écrit.

 

Rappelons qu’en janvier 2017, Étienne Boulay annonçait qu’il était allé chercher de l’aide et qu’il retournait en thérapie.

Dans son texte publié hier, il continue: «La dépendance, c’est sournois et insidieux. Il faut se rappeler à chaque jour d’où on vient. Mais la vérité c’est qu’il y a aussi du beau là-dedans. On doit entretenir et apprécier le moment présent, on doit ne jamais oublier les moments sombres et surtout, on doit avoir de la gratitude pour le chemin parcouru et ce que la vie nous offre. Et ça en soit, c’est positif», a-t-il témoigné.

Il a terminé son message en s’adressant aux gens qui éprouveraient des difficultés, en leur assurant qu’il y a des solutions.

«Et sache que si je suis capable de le gérer au quotiden, tu l’es aussi. Y’a des outils incroyables et des gens dévoués pour t’aider. Bonne soirée», a conclu celui qui est père de son troisième enfant, la petite Livia, depuis le 21 août.

 

Dans la même catégorie