/news/politics

Le torchon brûle entre la ministre Guilbault et une ex-employée de son cabinet

Alexandre Robillard | Le Journal de Montréal

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Une ex-conseillère de Geneviève Guilbault l’accuse d’avoir porté atteinte à sa réputation en critiquant la compétence d’employés qui ne sont plus à son service.

Mme Guilbault a déclaré lundi qu’elle a «assaini» le climat de travail à son bureau grâce aux congédiements, cet été, de son directeur de cabinet, Alain Lavigne et d’un conseiller, Pierre Paul Côté.

La ministre a soutenu que ces départs étaient liés à leur incompétence.

La conseillère Jacqueline Aubé n’a pas été congédiée par Mme Guilbault. Elle a quitté au printemps son cabinet, au début d’une vague de départs pour aller travailler dans un autre cabinet où elle n’est plus maintenant. Au total, quatre employés ont quitté l’entourage de Mme Guilbault ces derniers mois.

Mensonges

Mme Aubé soutient que les propos de la ministre au sujet de l’incompétence de son personnel lui nuisent également.

Elle se dit victime d’un problème de «perception» et réclame ses excuses.

«J'estime aujourd'hui, après réflexion et discussion, avoir été traitée par la ministre de manière injuste, que ses propos au sujet de mes compétences étaient mensongers et qu'elle a portée atteinte à ma réputation», affirme-t-elle dans une déclaration écrite transmise mardi à notre Bureau d’enquête.

L’ex-conseillère chargée de la sécurité civile assure s’être acquittée de ses tâches «avec professionnalisme, célérité, diligence et empathie».

«Je n'ai ménagé aucun effort afin de venir en aide aux Québécois sinistrés», soutient-elle.

Quand au motif de son départ, elle donne peu de détails.

«Les raisons de mon départ du cabinet sont d'ordre personnel entre la ministre et moi», dit-elle.

Le cabinet de Mme Guilbault n’était pas disponible dans l’immédiat pour commenter.

Dans la même catégorie