/news/society

Mobilisation pour le climat : appel à la population le 27 septembre

Geneviève Paradis | Agence QMI

La mobilisation québécoise pour le climat est gonflée à bloc avec la venue de la jeune militante Greta Thunberg, le 27 septembre prochain à Montréal. Les organisateurs appellent même la société québécoise à la désobéissance civile.

«Nous lançons un appel à tous les travailleurs. Soyons clairs : nous sommes conscients des limites légales du droit de grève au Québec, qui empêche d’utiliser le droit de grève à des fins politiques, mais nous appelons à désobéir. Nous appelons à des votes de grèves démocratiques dans tous les syndicats, dans le respect et en toute connaissance des conséquences légales. Les syndicats qui se sont déjà prononcés forcent notre admiration. Nous espérons que leur courage en inspirera d’autres», a lancé François Geoffroy, porte-parole de La Planète s’invite au Parlement.

Pour eux, la présence de la jeune fille de 16 ans est la preuve que la mobilisation citoyenne est plus forte que jamais. C’est en voyant la manifestation du 15 mars dernier que Greta Thunberg a choisi de venir à Montréal.

Avec sa présence, les yeux du monde seront tournés vers la métropole, accentuant la pression sur les instances politiques.

Pour l’auteur du Pacte, Dominic Champagne, la prise de position catégorique de Greta Thunberg, impose le respect. Il la cite :

«Si tout le monde savait à quel point la situation est grave, et à quel point rien n’est fait, alors ils viendraient tous à mes côtés. Nous n’avons aucun autre manifeste politique ou demande que celle-là : écoutez la science!»

Les étudiants veulent frapper fort

Les étudiants comptent bien prendre une place déterminante au sein au mouvement et ont bien l’intention d’accentuer la pression sur le gouvernement tout au cours de l’automne.

Les porte-parole ne savent pas encore sous quelle forme la mobilisation se fera, mais ils n’ont pas l’intention de ménager leurs efforts.

«Le 27 septembre, c’est vraiment un tremplin pour se propulser vers d’autres moyens de pression, d’autres actions plus concrètes», assure Lylou Sehili, membre du Devoir environnemental collectif (DEC), qui coordonne la mobilisation des étudiants des cégeps du Québec.

Appel à tous

Si les changements climatiques et la réduction de l’empreinte carbone est une responsabilité personnelle, le mouvement veut plutôt se tourner vers les instances supérieures afin de les forcer à mettre en place des politiques qui permettront à la population de faire les bons choix pour le climat.

L'étalement urbain, l'utilisation de véhicules de plus en plus gourmands en essence, est un fait, mais la coalition souhaite que les gouvernements instaurent des mesures permettant au citoyen de réduire leur empreinte de carbone.

Les organisateurs insistent que tout le monde est bienvenu, et que l’implication peut prendre différentes formes.

Déjà, sept syndicats et 400 organismes ont confirmé leur présence à la manifestation du 27 septembre prochain.

Dans la même catégorie