/misc

Le portrait électoral de l'Est-du-Québec

Gilles Turmel | Agence QMI

Cinq circonscriptions sont en jeu dans l’Est-du-Québec. D’abord Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques où le néo-démocrate Guy Caron va tenter d’être réélu pour un troisième mandat consécutif.

Mais le défi sera important pour lui alors que les sondages des dernières semaines démontrent que les appuis à son parti fondent comme neige au soleil. La faible popularité de son chef, Jagmeet Singh, ne l’aidera pas non plus. Il affrontera notamment Chantal Pilon du Parti libéral du Canada, une femme d’affaires qui a notamment été présidente de la Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette.

Autrement, les libéraux du chef Justin Trudeau vont travailler fort pour conserver leurs deux sièges dans la région, soit celui de la ministre du Revenu national Diane Lebouthillier dans Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine et celui de Rémi Massé dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia.

De son côté, le Bloc québécois voudra évidemment conserver le comté de Manicouagan représenté par Marilène Gill sur la Côte-Nord et peut-être même jouer les trouble-fête dans d’autres circonscriptions.

Enfin le Parti conservateur du Canada aura fort à faire pour conserver son seul siège dans l’est de la province dans Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup. Un recomptage judiciaire avait été nécessaire pour confirmer l’élection de Bernard Généreux en 2015.

Un peu plus de 400 000 électeurs auront le droit de vote dans les cinq comtés de l’Est-du-Québec le 21 octobre prochain, jour du scrutin.