/news/elections

Loi 21: Trudeau ne s'impliquera pas «pour l'instant» dans des contestations

Émilie Bergeron | Agence QMI

Quelques minutes après avoir déclenché la campagne électorale fédérale, le premier ministre Justin Trudeau s’est dit «très content» que des Québécois contestent la loi québécoise sur la laïcité.

Appelé à préciser, mercredi, si un éventuel gouvernement libéral réélu le 21 octobre, jour de scrutin, s’impliquerait dans une contestation judiciaire contre la loi 21, M. Trudeau a offert une réponse évasive tout en semblant se garder une porte ouverte.

À LIRE ÉGALEMENT

Legault demande aux chefs fédéraux de ne pas s'en mêler

Ce qu'il faut retenir de la première journée de campagne

 

«Nous regardons attentivement ces processus. Pour l’instant, nous trouvons que c’est contre-productif pour un gouvernement fédéral de s’engager directement», a-t-il dit aux journalistes réunis à l’entrée de Rideau Hall, la résidence officielle de la gouverneure générale.

Le premier ministre a rappelé qu’il s’opposait aux fondements de cette pièce législative, réitérant qu’elle «légitime et permet», à ses yeux, la discrimination.

«Je suis très content que les Québécois eux-mêmes soient en train de contester cette loi en cour, soient en train de défendre la Charte canadienne des droits et libertés», a-t-il lancé en ajoutant qu'il allait suivre de près les développements dans cette affaire et que «des décisions ser[aient] prises au cours du processus».

Le premier ministre québécois François Legault n’a pas tardé à répliquer en servant un avertissement à tous les chefs de partis fédéraux.

En mêlée de presse à Québec, il leur a demandé de s’engager à ne pas appuyer la contestation contre sa pièce législative interdisant le port de signes religieux aux fonctionnaires en position d’autorité.

«C’est aux Québécois de choisir, les Québécois ont choisi», a-t-il tonné.

De passage à Trois-Rivières pour le lancement de sa campagne, le chef conservateur Andrew Scheer a de son côté réitéré qu’il n’entend pas contester la loi québécoise sur la laïcité s’il remporte les élections.

«Nous n’avons aucune intention d’intervenir dans cette cause [judiciaire]. C’est clair que les élus du Québec ont pris leur décision. Et maintenant, ceux qui sont contre ce projet de loi en font appel dans les cours, c’est leur droit. Les cours vont trancher», a dit M. Scheer durant un point de presse écourté en raison d’un ciel menaçant.

Le chef conservateur a du même souffle répété qu’il n’allait pas, s’il devient premier ministre, instaurer au fédéral une loi restreignant le port de signes religieux.

Les chefs fédéraux doivent composer avec une certaine pression dans le Canada anglais, où la loi 21 a mauvaise presse.

Tous, sauf le bloquiste Yves-François Blanchet, se disent en défaveur d’une telle mesure législative.

«Cela me fâche et me rend triste», a notamment dit le chef néo-démocrate Jagmeet Singh lors du lancement de sa campagne à London, en Ontario.

«Je veux défendre la langue française et protéger l’identité québécoise sans des politiques qui divisent», a-t-il ajouté.

Mercredi avant-midi, M. Trudeau a demandé à la gouverneure générale Julie Payette de dissoudre la 42e Parlement, déclenchant ainsi la campagne électorale.

- Avec la collaboration de Guillaume St-Pierre et Vincent Larin

Dans la même catégorie