/news/world

Un fils Bolsonaro compare l'attentat contre son père au 11 septembre

Agence France-Presse

Les fils du président brésilien Jair Bolsonaro n'en finissent pas de faire parler d'eux: après Carlos et Eduardo, c'est l'aîné Flavio qui a suscité la polémique mercredi, en comparant l'attentat contre son père à ceux du 11 septembre aux États-Unis.

«Ma solidarité envers toutes les familles de victimes du terrorisme», a écrit Flavio Bolsonaro, sénateur de 38 ans, en republiant sur Instagram un photomontage montrant côte à côte les tours jumelles new-yorkaises en feu et son père se tordant de douleur après avoir été poignardé.

Ce photomontage a été publié à l'origine sur le réseau social par le Parti Social Libéral (PSL), formation politique que le chef de l'État d'extrême droite a rejointe l'an dernier, à quelques mois de l'élection présidentielle.

Jair Bolsonaro, 64 ans, a frôlé la mort lors de cette attaque à l'arme blanche en pleine rue le 6 septembre 2018, lors d'un bain de foule pendant la campagne électorale.

Poignardé à l'abdomen par un homme atteint de troubles psychiatriques, il a subi des perforations de l'intestin et a depuis été opéré à quatre reprises, la dernière dimanche dernier, d'une hernie.

Le couteau utilisé par l'auteur de l'attentat va d'ailleurs être exposé dans un Musée à Brasilia, à la faveur d'une décision judiciaire à laquelle l'AFP a eu accès mercredi.

Le juge Bruno Savino a décidé que l'arme, dont la lame mesure 30 cm et qui était gardée par la police, devait être exposée au grand public «en raison de sa valeur historique».

Deux autres fils Bolsonaro ont fait parler d'eux sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

Lundi, Eduardo Bolsonaro, député de 35 ans que son père doit nommer prochainement ambassadeur du Brésil aux États-Unis, a publié sur Twitter une photo à ses côtés à l'hôpital. Sur l'image, il porte un pistolet à la ceinture.

Le même jour, Carlos, 36 ans, deuxième de la fratrie, avait suscité un énorme tollé en affirmant sur le même réseau social qu'une transformation rapide du pays était impossible «par la voie démocratique».

Dans la même catégorie