/regional/troisrivieres/mauricie

La sécurité des préposés d’un CHSLD à risque?

Ghislain Morrissette et Patricia Hélie | TVA Nouvelles

De nombreuses lacunes sont dénoncées au CHSLD Louis-Denoncourt à Trois-Rivières.

Les témoignages de familles démontrent que la sécurité des bénéficiaires est compromise. Le problème toucherait même les préposés de la résidence.

Il y a quelques semaines, une préposée aux bénéficiaires aurait été victime d'un bénéficiaire. Un événement suffisamment grave pour que le syndicat intervienne et demande plus de surveillance.

La situation est difficile, et n'est pas unique à cette résidence selon le syndicat.

Les résidents présentent trop souvent de la détresse psychologique.

Des familles dénoncent la propreté, le manque de matériel, le manque de personnel, le bris d'équipement à la résidence Louis-Denoncourt. On nous indique aussi que certains résidants auraient été surpris dans les chambres de résidantes à leur faire des attouchements dont au moins un de ces résidants est pourtant supposé faire l'objet d'une surveillance 24h sur 24.

La sécurité est un enjeu majeur, mais n'est pas le seul. Les familles pointent directement les gestionnaires qui feraient preuve de laxisme. Les manquements sont importants, mais prennent aussi du temps à être réglés.

TVA Nouvelles a obtenu copie d'un document de suivi de 17 pages qui relate chaque rencontre, chaque demande qui a été formulée par le comité de résidants et du suivi qui en a été fait.

À Québec, la ministre responsable des aînés, Marguerite Blais, a été questionnée à ce sujet ce matin. «Je n’aime pas ça», a-t-elle dit. Elle concède que les choses ne changeront pas d'ici demain parce que la majorité des problèmes découlent de la pénurie de main d'œuvre.