/news/politics

Lebel a peu d’espoir d’inclure la proportionnelle pour 2022

Patrick Bellerose

 - Journal de Quebec

Periode des questions

Simon Clark/Agence QMI

La réforme du mode de scrutin pour inclure une part de proportionnelle ne sera pas en vigueur à temps pour les prochaines élections provinciales en 2022, reconnaît la ministre Sonia Lebel.

Le Directeur général des élections du Québec avait déjà souligné qu’il aura besoin de 30 à 42 mois pour préparer une élection générale sous un nouveau système. Mais le projet de loi n’est toujours pas déposé et le scénario de 30 mois était déjà optimiste, selon la ministre responsable de la réforme du mode de scrutin.

«Dans les discussions que j’ai eues avec le bureau du DGEQ, le 42 mois était beaucoup plus clair que le 30 mois», a affirmé Sonia Lebel en marge du caucus de la rentrée parlementaire de la CAQ, qui se déroule à Rivière-du-Loup.

Donc, les Québécois voteront sous le système actuel en 2022, a demandé un membre de la presse parlementaire. «Je pense que je pourrais vous dire ‘‘oui’’ sans problème», a répliqué Mme Lebel.

Le gouvernement Legault jongle toujours avec l’idée de tenir un référendum sur la question, possiblement en même temps que les prochaines élections.

La déclaration de la ministre Lebel n’a pas tardé à faire réagir le groupe Mouvement démocratie nouvelle, qui milite pour la mise en place d’un nouveau mode de scrutin. En Écosse, un tel système a été mis en place en moins d’un an, fait valoir le groupe par voie de communiqué.

De son côté, Québec solidaire a indiqué qu’il entend demander que le DGEQ soit entendu en commission parlementaire afin de «clarifier la situation». La CAQ, estime Gabriel Nadeau-Dubois, «veut briser une de ses promesses phares» en reportant l’application de la réforme.

Craintes de députés

La ministre reconnaît d’ailleurs que des députés caquistes sont préoccupés par la réforme. La semaine dernière, deux députés péquistes ont également témoigné de leur crainte à ce sujet.

«Mais la plupart des questionnements que les députés ont quand ils viennent me voir, ce n’est pas: ‘‘est-ce que je vais perdre ma job?’’. C’est ‘‘qu’est-ce que ça représente pour ma région, pour mes citoyens’’, relate Mme Lebel. Et il y a beaucoup de questionnements, aussi, sur la grandeur des circonscriptions.»

Selon le modèle généralement évoqué, la future carte électorale comptera seulement 80 circonscriptions, sur 125, où les députés seront élus selon le modèle actuel. Leurs territoires deviendront donc beaucoup plus grands. Les 45 élus autres élus restants deviendront des députés de listes représentant des régions.

La réforme du mode de scrutin fera partie des discussions au caucus précessionnel de la CAQ qui se tient jeudi et vendredi.

Dans la même catégorie