/regional/estduquebec/basstlaurent

Plus raisonnable en alcool, moins responsable sur la route

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles

Un récent sondage nous apprend que les résidents du Bas-Saint-Laurent seraient plus raisonnables que la moyenne des Québécois en matière de consommation d'alcool, mais ils sont toutefois un peu moins responsables sur la route.

«Il y a 9% des conducteurs du Bas-Saint-Laurent qui nous ont admis avoir conduit avec un taux d'alcool supérieur au 0.08 au cours de la dernière année», a indiqué le directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy. La moyenne québécoise est un peu en deçà avec 8%. 

Les Bas-Laurentiens sont aussi plus nombreux à admettre avoir conduit un véhicule après avoir consommé de l’alcool à l’intérieur de la limite permise nous apprend le sondage mené pour le compte de l'organisme Éduc'alcool auprès d'au moins 350 Bas-laurentiens.

Selon le directeur général d'Éduc'alcool, ce n'est pas surprenant que ce comportement soit aussi répandu puisque les barrages policiers sont trop peu nombreux. 

«À peine un conducteur québécois sur cinq a traversé un barrage policier qui contrôlait l'alcool au volant dans les 12 derniers mois, alors de ce côté-là, il y a une amélioration importante à avoir», a jouté M. Sacy.

Consommation responsable

Les résidents du Bas-Saint-Laurent sont plus nombreux à respecter les limites de consommation d'alcool recommandées par Éduc'alcool; fixées à deux consommations par jour pour les femmes et à trois pour les hommes.

Les Bas-Laurentiens estiment toutefois que leur consommation d'alcool affecte moins leur santé et leur vie sociale que les Québécois en général. C'est la preuve pour Éduc'alcool que la sensibilisation doit se poursuivre.

Cannabis

Les résidents du Bas-Saint-Laurent sont de moins grands consommateurs de cannabis que la moyenne québécoise. 12 % des Bas-Laurentiens consomment du cannabis comparativement à 18 % au Québec et ils sont aussi moins enclins à mélanger les substances. 

«En général au Bas-Saint-Laurent, vous êtes des consommateurs plus modérés que la moyenne, vous mélangez moins alcool et cannabis que la moyenne québécoise», indique M. Sacy. 

C'est la première fois que l'organisme enquêtait sur le mélange alcool cannabis. «Autrefois, puisque le cannabis était illégal, nous n'aurions pas obtenu des réponses honnêtes de la part des répondants», conclut M. Sacy.