/misc

Loi 21: Trudeau garde la porte grande ouverte à une intervention

Émilie Bergeron

 - Agence QMI

Justin Trudeau a ouvert la voie plus clairement à une intervention du fédéral pour contester la loi québécoise sur la laïcité, alors qu’il mettait le pied au Québec pour lancer sa campagne électorale dans la province.

Pour lui, il serait «irresponsable» d’agir autrement.

«Nous ne fermons pas la porte à une intervention éventuelle parce que ce serait irresponsable qu’un gouvernement fédéral choisisse [d’écarter cette possibilité] à tout jamais», a dit le premier ministre vendredi durant son passage à Trois-Rivières.

Au provincial, cette circonscription est détenue par la CAQ, dont l’électorat appuie fortement la loi 21 sur l’interdiction de port de signes religieux.

Dans les jours précédents, M. Trudeau s’en était tenu à dire qu’il juge qu’une intervention d’Ottawa serait «contre-productive pour l’instant».

Le chef libéral est continuellement pressé de préciser ses intentions depuis le déclenchement officiel de la campagne électorale, mercredi.

L'ex-péquiste et candidat de l'équipe Trudeau dans Longueuil-Saint-Hubert, Réjean Hébert, a prêté main-forte au premier ministre plus tard dans la journée.

«Quand je suis allé au gouvernement de Mme Marois, j’ai embrassé l’ensemble des positions du parti», a-t-il dit à TVA Nouvelles en faisant référence à la Charte des valeurs québécoises.

«J’ai été un joueur d’équipe. Je vais continuer à faire la même chose en 2019 et j’adhère à la position du Parti libéral», a-t-il ajouté. Le candidat libéral a précisé que la notion d’identité n’est pas «fondamentale» dans son action politique

Ambiguïté

La façon dont M. Trudeau joue d’ambiguïté sur ce dossier est comparable au flou que maintient le chef conservateur Andrew Scheer sur la question de l’avortement, de l’avis du constitutionnaliste Patrick Taillon.

«Le ‘’pour l’instant’’ de M. Trudeau est l’ambiguïté équivalente d’Andrew Scheer, quand il nous dit que si ses députés proposent quelque chose sur l’avortement [il ne va pas les en empêcher] », relève le professeur de droit à l’Université Laval.

Rappelons que M. Scheer est un fervent catholique qui a des réticences face à l’avortement.

Manque de clarté

La déclaration du premier ministre a peut-être été plus claire, vendredi, que celle qu'il avait d'abord formulée au jour un de la campagne. Il reste que celle-ci n'a pas éclipsé des questions qui restent en suspens.

On ne sait toujours pas, par exemple, si M. Trudeau veut attendre que le cas de la loi 21 se retrouve entre les mains de la Cour suprême du Canada pour intervenir ou s’il se garde tout simplement cette avenue pour le lendemain de sa possible réélection.

«Ça provoque une nouvelle qui ne meurt pas», souligne M. Taillon.

Pour le stratège en communication Louis Aucoin, M. Trudeau a intérêt à ce que la question de la laïcité soit relayée à l’arrière-plan par d’autres enjeux électoraux.

«Si la question de l’interdiction des signes religieux demeure à l’ordre du jour et qu’il y a une majorité de la population [québécoise] qui est en faveur de les interdire pour certaines personnes, à un moment donné, M. Trudeau, ça va lui faire mal», analyse le fondateur de l’agence de relations publiques Tesla.

M. Aucoin estime toutefois que le premier ministre a jusqu'à présent bien réussi à «ménager la chèvre et le chou».

- Avec la collaboration de Michelle Lamarche, TVA Nouvelles

Dans la même catégorie