/news/politics

Négos avec le secteur public: affrontement en vue avec les employés de l’État

Patrick Bellerose | Journal de Québec

PATRICK BELLEROSE/JOURNAL DE QUÉBEC

Une majorité d’employés de l’État devront se contenter de hausses salariales indexées à l’inflation, a annoncé François Legault, tandis que certains enseignants et les préposés aux bénéficiaires peuvent espérer des hausses plus importantes.

Le premier ministre caquiste a mis la table pour les négociations qui débuteront cet automne en vue de renouveler les conventions collectives des employés du secteur public. «Je veux être bien clair. On a beaucoup parlé des surplus. Or, quand on respecte nos engagements de remettre de l’argent dans le portefeuille des Québécois, il n’en reste plus de marge de manœuvre», a-t-il déclaré au terme du caucus présessionnel de la CAQ, qui se tenait à Rivière-du-Loup.

En juin dernier, le Québec pouvait compter sur un surplus de plus de 4,4 milliards$, une fois versée la cotisation au Fonds des générations.

Mais François Legault affirme que cet argent servira plutôt à réaliser les promesses de la CAQ en campagne électorale. «On a, entre autres, deux grands engagements qui coûtent cher», a souligné le premier ministre.

À la fin du mandat en cours, la création d’un taux unique de taxe scolaire coûtera «pas loin d’un milliard$», note-t-il, une mesure qui était plutôt évaluée à 700 M$ dans le cadre financier de la CAQ. La bonification de l’allocation familiale, elle, grèvera les finances publiques de 763 M$ annuellement, selon les prévisions dévoilées en campagne électorale.

L’inflation pour certains

Il ne restera donc pas de sommes excédentaires pour bonifier les conditions salariales des employés de l’État, a averti M. Legault. «Les employés de la fonction publique, il va falloir s’en tenir autour de l’inflation», a tranché le premier ministre. «Les surplus appartiennent aux Québécois, ils n’appartiennent pas aux groupes de pression, ils n’appartiennent pas aux syndicats», dit-il.

M. Legault n’a pas voulu dire à combien il chiffre l’inflation, mais celle-ci s’est maintenue autour de 2% dans les derniers mois.

Plus pour d’autres

Comme que promis en campagne électorale, les enseignants qui débutent dans la profession verront, pour leur part, leur rémunération augmenter grâce à l’élimination des premiers échelons salariaux.

De plus, le gouvernement Legault promet des salaires plus attractifs afin de recruter plus de préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD.

L’annonce de François Legault n’a pas tardé à faire réagir. Dans une déclaration écrite, le président du Syndicat de la fonction publique du Québec a affirmé que, en période de rareté de la main-d’œuvre, «un rattrapage salarial pour les employés de l’État est incontournable».