/news/politics

Québec Solidaire propose une souveraineté verte et inclusive

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Pour contrer le nationalisme «conservateur et provincial» de la CAQ et du PQ, les solidaires comptent mettre de l’avant un projet résolument indépendantiste vert et inclusif.

«C’est clair qu’en associant le nationalisme québécois à l’interdiction des signes religieux, à la baisse des seuils d’immigration, le message qu’envoie la CAQ, en collaboration avec le PQ, c’est que le nationalisme québécois, c’est un projet de défense, c’est un projet qui est tourné vers le passé», affirme le député de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

Depuis l’élection du gouvernement Legault, caquistes et péquistes défendent pratiquement la même position identitaire, fait-t-il valoir. Selon l’élu du comté de Gouin, leur «vision de l’identité qui tend à dire qu’il y a des gens un petit peu plus québécois que d’autres» fait mal au projet souverainiste.

On ne mobilise pas les gens avec des interdictions, plaide Gabriel Nadeau-Dubois. Il ajoute que l’indépendance ne peut se réaliser que si le projet est rassembleur, qu’il unit les gens, peu importe leur origine et leur religion. Ce projet doit également impliquer un dialogue soutenu avec les peuples autochtones. C’est ce que les solidaires comptent mettre de l’avant dans les prochains mois.

«On a envie d’aller sur le terrain et de faire valoir aux Québécois et aux Québécoises qu’il existe un autre nationalisme au Québec, qu’il existe une autre vision de l’identité québécoise, une vision rassembleuse, une vision moderne, une vision inclusive, une vision qui rime avec solidarité et projet de société et qui rime surtout avec indépendance», insiste-t-il. Les

Rappelons néanmoins qu’un sondage Léger réalisé au printemps dernier démontrait un large appuie des Québécois au projet de loi 21 caquiste sur la laïcité, qui a été adopté en juin. Deux Québécois sur trois appuyaient alors l’interdiction des signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité.

Le leader parlementaire solidaire convient que la souveraineté du Québec a déjà été plus populaire. Mais devant ce constat, il estime qu’il ne faut pas faire comme François Legault, qui a «démissionné» du PQ à l’époque pour «parler d’autres choses» aux Québécois.

«Travaillons à renouveler ce projet-là, à lui donner une nouvelle signification qui va lui redonner de la popularité, c’est pour ça qu’il faut absolument lier la question de l’indépendance à la question des changements climatiques, c’est pour ça qu’il faut traiter la question de l’indépendance en en faisant un projet inclusif».

— Avec la collaboration de François Cormier