/news/politics

Récemment embauchée, une enseignante voilée démissionne

TVA Nouvelles

Une enseignante du primaire récemment embauchée par la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a finalement renoncé à son poste, pour continuer à porter le voile, selon ce qu’a appris TVA Nouvelles vendredi soir.

Cette femme a reçu, il y a deux semaines, un avertissement dans le but de retirer son hijab dans le cadre de la Loi 21 sur la laïcité, selon ce qu’a rapporté le quotidien Le Devoir en début de semaine.

Sa démission a été confirmée par Violaine Cousineau, commissaire indépendante à la CSDM, en entrevue à LCN.

«Il n’y avait aucune façon que cette histoire-là se termine bien. De toute façon, l’issue allait en être dramatique», a soulevé Mme Cousineau, appelée à commenter l’affaire.

Selon la commissaire indépendante, ces femmes sont placées dans des situations déchirantes, où elles doivent choisir entre «leur identité, leur travail et leur engagement envers une profession.»

Mme Cousineau a souhaité rappeler que le dilemme auquel font face plusieurs enseignantes voilées en vertu de la loi pour la laïcité de l’État intervient dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre sans précédent, touchant particulièrement les enseignants de la province.

Incertitude autour de la Loi

Une certaine incertitude semble planer autour de la Loi 21 en ce qui a trait à la clause des droits acquis, ou autrement dit, le compromis déterminé par la CAQ pour permettre aux enseignantes voilées de ne pas perdre leur emploi en vertu de la loi adoptée le 16 juin dernier.

Selon madame Cousineau, il «est faux de prétendre que des gens embauchés avant le 27 mars perdront leur emploi».

Comme la loi a été votée le 16 juin, les personnes qui ont été embauchées entre le 27 mars et le 16 juin pourraient se retrouver sans emploi, explique-t-elle.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) s’était d’ailleurs opposée à ce rapide revers de situation, compte-tenu du fait que des embauches de personnes portant des signes religieux avaient été réalisées au cours de ce moment, toujours selon Mme Cousineau.