/regional/montreal/montreal

Trottinettes et vélos en libre-service: Montréal serre la vis à JUMP et à Lime

Étienne Paré | Agence QMI

 - Agence QMI

Constatant plusieurs débordements depuis l’arrivée sur les routes des trottinettes en libre-service Lime et des vélos électriques JUMP, la Ville de Montréal a annoncé vendredi qu’elle va durcir son règlement encadrant ce type de véhicules.

Si quelqu’un signale qu’une trottinette ou un vélo est mal garé, la Ville ne donnera plus un délai de deux heures à l’exploitant pour tasser le véhicule avant de donner une contravention. À partir du 21 octobre prochain, dès que l’on constatera qu'un véhicule n’est pas rangé comme il se doit, la Ville pourra refiler l’amende prévue de 100$ à Uber, qui opère le service JUMP, et à Lime.

Dans un communiqué, l’administration municipale a précisé que s’il est pris sur le fait, c’est plutôt l’utilisateur qui reçoit la contravention. Celle-ci peut grimper jusqu’à 50$.

Cette modification au règlement ne sera en vigueur qu’un peu moins d’un mois, puisque les permis échouent le 15 novembre prochain.

«Ça nous laissera de la fin octobre à la mi-novembre pour vérifier l’efficacité de ce nouveau règlement, mais cet hiver, on fera un bilan complet», a souligné Éric Alan Caldwell, responsable de la mobilité au comité exécutif, en mêlée de presse.

Un retour qui n’est pas assuré

Uber et Lime devront donc revenir à la charge l’an prochain s’ils veulent à nouveau exploiter une flotte. La Ville se donne le droit de refuser leur demande.

«Le système où il y a des trottinettes mal stationnées: on ne veut plus ça dans les rues de Montréal. Ceci dit, le système est beaucoup utilisé. Tout ça fera partie de notre évaluation», a ajouté Éric Alan Caldwell, qui a tout de même précisé que plus de problèmes ont été observés avec les trottinettes Lime qu’avec les vélos électriques JUMP.

En effet, dans les dernières semaines, plusieurs cas de trottinettes mal garées ont été répertoriés, et même moqués, sur les réseaux sociaux. À la fin août, une trottinette électrique avait même été trouvée au fond du canal de Lachine.

Avec cette modification au règlement, Lime et Uber devront payer les frais de remorquage quand l’on trouve l’un de leurs engins à un endroit inapproprié. Jusqu’à maintenant, cette mesure ne s’appliquait que lorsqu’il y avait urgence.

Pas pour autant la fin des trottinettes

Selon les chiffres de la Ville, près de 3000 déplacements en véhicule libre-service sont effectués chaque jour à Montréal: 1702 avec JUMP, 1570 avec Lime.

Malgré la popularité de ces moyens de transport, l’administration Plante a aussi annoncé vendredi qu’elle limitait à trois le nombre de détenteurs de permis. En plus de Uber et de Lime, une autre entreprise, Bird, pourrait offrir ce genre de service l’an prochain.

Dans la même catégorie