/regional/estduquebec/cotenord

Le maire de Sept-Îles est le mieux payé de l’Est-du-Québec

Stéphanie Martin | Journal de Québec

C’est le maire de Sept-Îles qui est le mieux payé des maires de l’Est-du-Québec, avec un salaire qui dépasse nettement celui du maire de la plus grande ville, Rimouski, pour la moitié moins de citoyens.

Dans la ville nord-côtière de 25 000 habitants, Réjean Porlier, ancien syndicaliste devenu maire en 2013, reçoit 125 405 $ en rémunération globale.

À LIRE ÉGALEMENT

Combien gagnent vos élus?

Un maire bénévole depuis 14 ans

Le maire d’une petite ville défend sa paie de 173 000 $

Cette somme comprend 102 573 $ de rémunération et 22 832 $ d’allocation, et englobe le salaire et les allocations liées à son rôle de préfet du conseil de la MRC de Sept-Rivières.

De l’autre côté du fleuve, le maire de Rimouski, Marc Parent, est payé 119 044 $ pour une population de près du double, soit 49 000 personnes.

M. Parent siège sur le conseil de la MRC Rimouski-Neigette, mais comme simple membre.

Réjean Porlier soutient en entrevue qu’il consacre le même temps que le maire de Rimouski à ses fonctions de représentant des citoyens, malgré les écarts de population. Il souligne que le salaire était déjà fixé à ce niveau à son arrivée en poste et qu’il n’a bénéficié que de l’indexation depuis.

Concurrence de l’industrie

Il explique que les salaires à la Ville de Sept-Îles sont historiquement élevés puisque la municipalité a de la difficulté à attirer des candidats puisqu’elle doit concurrencer les grandes industries présentes sur le territoire.

« À la Ville, on est en recherche pendant deux ans pour combler un poste de plombier », illustre-t-il. « Tu n’as pas le choix si tu veux suivre. »