/regional/quebec/quebec

L’itinérance en hausse à Québec à l'heure où les refuges débordent

TVA Nouvelles

Les citoyens de la ville de Québec doivent apprendre à vivre avec un nouveau phénomène qui a pris de l’ampleur pendant l’été: l’itinérance.

Un nombre important d’abris de fortune bordent les quartiers de Saint-Roch et de Limoilou dans les parcs ou sur les terrains d’édifices commerciaux. Ces abris temporaires se trouvent tout près du principal refuge pour personnes sans domicile fixe à Québec, Lauberivière.

Le refuge, qui a une capacité totale de 86 lits et qui offre de 300 à 500 repas par jour, a vécu l’été le plus achalandé depuis son inauguration, il y a une quarantaine d’années.

Lors des journées estivales les plus achalandées en 2019, le personnel a dû refuser une dizaine, voire une quinzaine de personnes.

«À Québec, on n'est pas encore habitués de voir des gens qui sont dans la rue. Ça peut être confrontant», explique Éric Boulay, directeur général de Lauberivière.

Selon M. Boulay, ce sont principalement les comportements de ces individus qui peuvent être dérangeants pour les citoyens de la ville, n’ayant pas accès à des installations sanitaires appropriées à leurs besoins personnels.

Cette nouvelle réalité s’accompagne de revendications de la part des directeurs des refuges à l’instar du gouvernement.

Une aide financière devra être nécessaire pour faire face à ce nouvel enjeu en croissance, selon M. Boulay.

-Avec les informations de Kariane Bourassa