/regional/quebec/quebec

De la cocaïne contaminée à Québec?

Julie Couture | TVA Nouvelles

Y a-t-il de la cocaïne contaminée en circulation présentement à Québec?

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale enquête sur des cas d'infections sévères qui pourraient être liés à la consommation de cocaïne contaminée à Québec. TVA Nouvelles a appris que cette enquête fait suite à un signalement effectué jeudi dernier.

La santé publique a été alertée par Mario Gagnon, directeur général de l’organisme d’entraide Point de repère, qui œuvre depuis 30 ans auprès de la clientèle qui utilise des drogues injectables à Québec.

«On s'inquiète à savoir si c'est la cocaïne qui n’est pas bonne. Est-ce que c'est la coupe dedans, ou si c'est le milieu qui est contaminé? Nous avons reçu des informations de plusieurs contaminations dans un espace de temps très rapproché et c'est très rare», a-t-il indiqué à TVA Nouvelles.

Mario Gagnon dit avoir reçu des informations de la part de travailleurs de rue à l'effet que 4 à 7 cas d'hospitalisation auraient été rapportés dans les derniers jours.

Des gens qui auraient tous consommé de la cocaïne par injection et qui souffrent de problème de santé très graves actuellement.

«On parle de bactéries qui se logent à la colonne vertébrale, coma, problèmes pulmonaires et opération à cœur ouvert, c'est très inquiétant», indique Mario Gagnon.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale refuse de commenter à la caméra mais prend l'affaire très au sérieux.

La porte-parole du CIUSSS, Mélanie Otis, a indiqué que sur la base d'informations préliminaires obtenues, le directeur a amorcé une enquête épidémiologique. Comme il est présentement à l’étape de recueillir des informations, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions.

Le directeur de Point de repère fait cette mise en garde: «Si vous consommez de la cocaïne et que vous ressentez de la fatigue, étourdissements et que vos urines sont brunes, allez à l'urgence, ne prenez pas de chance.»

Le CIUSSS demande à ses partenaires de rester vigilants et signaler toutes autres infections de ce type.

Le service de police de la Ville de Québec refuse de commenter pour le moment.