/news/politics

«Mêlez-vous donc de vos affaires», lance Manon Massé

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

S’ils sont fermement opposés à la Loi sur la laïcité du gouvernement Legault, les solidaires demandent néanmoins à Justin Trudeau de ne pas contester la législation québécoise.

«Mêlez-vous donc de vos affaires!», a lancé dimanche la chef parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé, en marge d’un caucus servant à préparer la session parlementaire de l’automne à l'Assemblée nationale.

Elle a rappelé que sa formation politique est contre l’interdiction des signes religieux chez les employés de l’État en position d’autorité, comme le prévoit la Loi 21. «Rendus au pouvoir, nous n’allons pas reconduire la clause», a-t-elle plaidé.

Malgré tout, Manon Massé estime qu’Ottawa n’a pas à s'en mêler. «Je pense que la question du projet de loi 21, ça appartient au Québec, ça appartient aux Québécois et aux Québécoises et dans ce sens-là, je pense que le fédéral doit s’en tenir loin», a-t-elle insisté.

Au premier jour de la campagne électorale, le chef libéral Justin Trudeau a laissé plané le doute sur ses intentions à l’égard de la loi québécoise sur la laïcité s’il revient au pouvoir. Ce qui a aussitôt fait réagir le premier ministre François Legault, qui a exigé des chefs des partis fédéraux qu’ils s’engagent à ne jamais contester sa loi sur la laïcité.

L'environnement au coeur de la plateforme

Le co-porte-parole du parti Gabriel Nadeau-Dubois soutient que le gouvernement Legault n'en fait pas assez en prévision de la venue de la militante pour l'environnement Greta Thunberg.

«Si Greta était un businessman de 60 ans, François Legault l'aurait invitée il y a longtemps, a dit Nadeau-Dubois. Mais on verra s'il va venir lorsqu'elle prendra la parole dans l'agora. On souhaite qu'il soit là. Ce serait une démonstration qu'il prend au sérieux l'urgence climatique.»

 

Dans la même catégorie