/news/elections

Trudeau promet d’en faire plus pour le contrôle des armes à feu

Agence QMI

La question du contrôle des armes à feu s’est immiscée dans la campagne électorale fédérale au lendemain d’une nouvelle fusillade qui a fait un mort et cinq blessés samedi soir, à Mississauga, en Ontario.Le chef du Parti libéral du Canada Justin Trudeau a laissé entendre qu’un gouvernement libéral ira de l’avant avec d’autres mesures pour mieux contrôler les armes.

«Nous avons pris des mesures significatives au cours de notre mandat pour le contrôle des armes à feu, mais nous reconnaissons qu’il y a plusieurs autres mesures à mettre en place dans le futur et nous allons le faire», a-t-il dit dimanche alors qu’il était en campagne à Cobourg, en Ontario.

Le projet de loi C-71 du gouvernement Trudeau sur les armes à feu, qui resserre les règles pour l’obtention de permis d’armes à feu, a finalement été adopté au printemps dernier après plusieurs amendements du Sénat.

Dimanche, Justin Trudeau en a profité pour attaquer que les conservateurs d’Andrew Scheer, soutenant qu’ils ont promis de renverser toutes les mesures prises par les libéraux.

Selon la police régionale de Peel, des coups de feu ont retenti vers 18 h 20 dans un stationnement résidentiel sur l’avenue Darcel, au nord de la ville. Sur place, les policiers ont découvert un adolescent de 17 ans sans vie et quatre adolescents - âgés de 13 à 17 ans - blessés par balle. Une femme de 50 ans a aussi été grièvement blessée.

Aussi bien Justin Trudeau que ses adversaires Jagmeet Singh et Andrew Scheer ont exprimé leurs condoléances aux victimes et à leur famille.

Le chef conservateur a parlé d’une «tragédie choquante», estimant que les Canadiens ont le droit de se sentir en sécurité dans leur communauté. «C’est clair qu’on a besoin de plus d’efforts pour cibler les armes à feu et les membres des gangs de rues», a-t-il ajouté, vantant son plan pour un Canada plus sécuritaire. Il a aussi promis du durcir les peines.

«Les gens qui commentent ce type de crime doivent prendre la responsabilité», a-t-il dit dimanche.

De son côté, le néo-démocrate a qualité la situation «d’horrible». «Il y a un vrai problème avec les gangs de rue au Canada et il faut vraiment s’y attarder», évoquant notamment l’importance de s’attaquer aux causes.

Plusieurs associations étudiantes et groupes de victimes ont à plusieurs reprises réclamé au cours du mandat libéral l’interdiction des armes de poing et les fusils d’assaut. Déjà lors de la campagne électorale de 2015, les libéraux avaient promis de bannir les fusils d’assaut, responsables notamment des tueries de Polytechnique, de Dawson et de Moncton.