/news/culture

La Foire de l’horreur: Des frissons au Carrefour Angrignon

Léa Papineau Robichaud | 24H

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Des remorques de 53 pieds, des décors réalistes, quelques comédiens aux déguisements originaux et des technologies habilement utilisées composent la Foire de l’horreur, qui s’est installée dans le stationnement du Carrefour Angrignon jusqu’au 29 septembre. Le «24 Heures» est allé tester cette attraction.

Vincent Cameron a commencé à concevoir des décors d’Halloween il y a quelques années pour sa maison à Sherbrooke. «J’ai déjà fait des décors pour des pièces de théâtre et je suis entrepreneur général. Ça fait 34 ans que je travaille dans la construction, donc confectionner des décors ce n’était pas un gros défi pour moi et ça me permettait de faire sortir mon côté artistique», explique-t-il.

Victimes de leur succès, M. Cameron et sa conjointe, Stéphanie Pouliot, qui recevaient des milliers de personnes chez eux durant le mois d’octobre, ont dû pousser le concept plus loin et en faire une entreprise après que la ville leur ait interdit de faire un aussi gros événement dans un quartier résidentiel. «J’avais déjà acheté une remorque de 53 pieds juste pour entreposer le matériel et c’est comme ça que j’ai eu l’idée de faire des parcours à l’intérieur des remorques», indique celui qui a acheté cinq autres remorques pour son attraction.

Le parcours

Le parcours, d'une durée d'un peu plus de 30 minutes, commence dans un environnement qui rappelle une maison des années 1800 avec bon nombre de cadres contenant des photos terrifiantes. Puis, on entre par petits groupes dans un décor sombre, éclairé à l’aide d’ultraviolets.

Dans l’obscurité, on rencontrera alors quelques portes closes qu’il faudra ouvrir, parfois avec une clé, d’autres fois avec des boutons ou encore en se mettant les mains dans des trous douteux pour trouver le mécanisme qui ouvrira la porte. Le tout interrompu par des personnages terrifiants ou encore des bruits très peu rassurants.

Phobies

«Je joue sur les phobies: la claustrophobie, le noir, le vertige, toutes ces choses-là. Il n’y a pas une personne qui va sortir de là indifférente», avance M. Cameron.

Effectivement, durant le parcours que nous avons testé, il fallait se faufiler dans des endroits très restreints, ou encore parcourir un pont suspendu. À d’autres moments, il faisait si noir qu’il était difficile de ne pas angoisser en pensant à ce que serait la prochaine surprise: un comédien qui nous fera faire le saut? Un jet d’air inattendu? Un élément de décor qui se mettra à bouger?

«D’ici deux ans, j’aimerais faire trois autres remorques que je pourrais peut-être rattacher à mon circuit ou peut-être même en faire un autre circuit», lance M. Cameron, qui souhaite continuer de divertir les gens encore longtemps.

La Foire de l'horreur est ouverte du mardi au vendredi entre 18 h et 22 h et les samedis et dimanches de 13 h à 23 h. Les billets, au coût de 20 $, sont en vente en ligne et sur place. L'événement se déplacera au Centropolis à Laval du 4 octobre au 3 novembre.