/regional/montreal/montreal

«Il faut rendre la vie difficile aux automobilistes», a dit Ferrandez

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Avant de quitter ses fonctions en mai dernier, Luc Ferrandez a fait une déclaration publique qui est passée sous le radar alors qu’il était toujours maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. Elle vient alimenter ce présumé complot de l'administration Plante de vouloir volontairement nuire aux automobilistes qui circulent en ville.

Dans la foulée des reportages de TVA Nouvelles sur la congestion monstre dans la métropole depuis la rentrée, des citoyens nous ont fait parvenir la webdiffusion de l'assemblée du conseil d'arrondissement du Plateau-Mont-Royal du 6 mai dernier, soit une semaine avant sa démission comme élu parce qu'il estimait que le comité exécutif n'en faisait pas assez pour contrer les changements climatiques et protéger l'environnement.

Luc Ferrandez déclarait, sans gêne, qu’il fallait rendre la vie difficile aux automobilistes.

À LIRE ÉGALEMENT

La congestion, un «complot de l'administration Plante» ?

«L'enfer» du trafic sur la Rive-Nord: TVA Nouvelles a fait le test

«Si on veut agir contre les changements climatiques, il faut nuire à la possession de la voiture individuelle. Il faut nuire à l’utilisation de la voiture au centre-ville. Rendre la vie difficile aux automobilistes est une solution. On le fait en pleine connaissance de cause. On se dit, on va retirer la voiture de là où elle nuit le plus, autour des parcs, autour des écoles et puis, la voiture va aller ailleurs. Et dans le ailleurs, ça va devenir moins confortable. Il faut rétrécir ces rues-là, les rendre plus étroites, mettre des dos d'âne, il faut mettre plus de feux de circulation. Et après, si ça ne suffit pas, il faut aller encore plus loin. C'est ça l'objectif. L'objectif, il est planifié comme ça.»

En réaction mercredi, l'administration Plante n'a pas repris les mots de Luc Ferrandez, mais réitère que la philosophie du parti Projet Montréal est de multiplier les options de transport collectif pour réduire la présence de l'auto solo.

«Notre philosophie est de mettre sur pied des options de transport collectif et actif pour que les gens effectuent un transfert modal et diminuer ainsi la part de l'auto solo pour nous permettre de lutter contre la crise climatique. Rappelons que le nombre de voitures a augmenté de 8% sur l'île depuis 2011», a répondu l’administration.

Dans la même catégorie