/regional/montreal/montreal

Le candidat de Projet Montréal ne condamne pas les propos anti-automobilistes de Luc Ferrandez

Michaël Labranche

 - Agence QMI

Le candidat de Projet Montréal, Luc Rabouin, n’a pas condamné les propos anti-automobilistes tenus par Luc Ferrandez, le 6 mai dernier, avant de quitter son poste de maire du Plateau-Mont-Royal.

«Si on veut agir contre les changements climatiques, il faut nuire à la possession de la voiture individuelle. Il faut nuire à l’utilisation de la voiture au centre-ville. Rendre la vie difficile aux automobilistes est une solution. On le fait en pleine connaissance de cause», avait affirmé M. Ferrandez en mai dernier.

Talonné par l’animateur Mario Dumont sur les ondes de QUB radio, M. Rabouin a eu la chance à plusieurs reprises de condamner les propos de l’ex-conseiller municipal. Il a plutôt affirmé que le but des mesures d’apaisement est d’assurer la sécurité des gens et non de «nuire» aux automobilistes dans un contexte de changements climatiques.

 

L’animateur Mario Dumont a ensuite voulu savoir si M. Rabouin voulait continuer l’«œuvre» de Luc Ferrandez ou s’il désirait marquer un «virage».

«Moi, je ne nuis pas aux automobilistes. Dans le Plateau, les gens sont presque tous cyclistes, piétons et automobilistes à un moment ou l’autre. C’est stérile de vouloir s’opposer aux automobilistes, aux cyclistes, au transport en commun. On vit tous ensemble», a répondu Rabouin.

M. Rabouin désire obtenir le poste laissé vacant par Luc Ferrandez en se présentant sous la même bannière, celle de Projet Montréal, lors de l’élection partielle du 6 octobre prochain.

Dans la même catégorie