/regional/estduquebec/cotenord

Poursuite contre des médecins et l'Hôpital de Sept-Îles pour négligence

Alexandre Cantin | TVA Nouvelles

La famille d’un patient de la Côte-Nord poursuit trois médecins et l’Hôpital de Sept-Îles pour négligence. Renaud Ringuette, décédé en janvier 2018 à l’âge de 64 ans, était atteint d’un cancer de la prostate qui a été diagnostiqué beaucoup trop tard, selon ses proches.

«On trouve ça inacceptable et on ne veut pas que ça se produise pour d'autres personnes. De voir mon père dans la peur avant la mort... De savoir qu’il n’était pas prêt... Il nous l’a dit. C’est très douloureux. C’est pas seulement de l’incompréhension, c’est de la frustration, de la colère», a dit Ève Ringuette, en entrevue avec sa sœur jumelle, Audrey, à TVA Nouvelles.

Elles croient que le médecin de famille de l’homme et deux autres médecins n’ont pas effectué un suivi adéquat, notamment à la suite d’un test servant à détecter le cancer de la prostate révélant un taux d’APS élevé.

Aussi, elles affirment qu’une requête pour une échographie et une biopsie de la prostate a été égarée au centre de rendez-vous de l’hôpital.

Il s’est déroulé près de huit ans entre le premier signe avant-coureur d’un cancer et le diagnostic.

«Toute la douleur qu’on a, toute cette colère, la perte d’une personne chère... Moi je les appelle les voleurs de vie. Ils ont complètement volé la vie de mon père. Je n’ai pas envie que d’autres familles vivent ce qu’on a vécu», a témoigné Audrey Ringuette.

Les deux sœurs et trois autres membres de la famille ont déposé une poursuite de 850 000 $ contre trois médecins et l'Hôpital de Sept-Îles. Ils réclament des dommages pour suivi médical inadéquat.

Leur avocate estime à six le nombre de manquements qui ont retardé le diagnostic.

«Vous comprenez, il y a un médecin de famille qui constate ou qui n’a pas vu l’anomalie, malheureusement, après ça on enclenche une investigation et monsieur est hospitalisé à quelques reprises à l’Hôpital de Sept-Îles et il n’y a aucun suivi effectué par rapport à ces fameux examens-là», a relaté Me Julia Garzon.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord n’a pas accepté de commenter le dossier qui est devant les tribunaux. Après cette malheureuse expérience, la famille de Renaud Ringuette invite les patients à poser davantage de questions à leur médecin lorsqu'ils doivent se soumettre à des tests et à des analyses.