/news/currentevents

Une femme de 84 ans battue et ligotée à Sainte-Thérèse

Maxime Deland | Agence QMI

FD-VIOLATION-DOMICILE

PHOTO FOURNIE PAR LA R�GIE INTERMUNICIPALE DE POLICE TH�R�SE-DE BLAINVILLE

Choqués par l’agression violente et gratuite d’une femme de 84 ans retrouvée ligotée dans sa maison de Sainte-Thérèse dans les Laurentides mercredi matin, les policiers promettent de redoubler d’efforts pour mettre la main au collet des auteurs de ce crime odieux.

Puisque la victime se trouvait toujours à l’hôpital et qu’elle n’a pas encore été en mesure de donner sa version des événements, la police ne détient toujours pas l’ensemble des informations au sujet de la violation de domicile commis chez l’octogénaire.

Selon toute vraisemblance, un ou des suspects auraient forcé leur entrée à l’intérieur du domicile de l’aînée tard mardi soir ou en début de nuit, sur la rue Breton.

La suite des événements n’est pas encore claire. «On sait qu’il s’agit d’une invasion de domicile, mais est-ce que des objets ont été volés? Le crime a-t-il été commis par une ou plusieurs personnes? On en saura beaucoup plus lorsque l’état de santé de la victime permettra qu’on puisse la rencontrer», a indiqué l’agent Éric Huard, porte-parole de la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville.

La femme, qui habite seule dans sa résidence, a vécu une nuit d’horreur. Elle aurait été battue violemment en plus d’être ligotée par le ou les suspects.

Blessée et sans doute terrifiée, elle est demeurée attachée et couchée sur le plancher de sa maison pendant de longues heures, incapable d’aller demander de l’aide.

C’est finalement sa fille de 61 ans qui l’a découverte ligotée dans sa maison, en piteux état, mercredi en milieu d’avant-midi.

La fille de la victime s’inquiétait de ne pas avoir réussi à parler à sa mère depuis le début de la matinée et a donc décidé d’aller vérifier à sa résidence.

«Qui sait ce qui serait arrivé à cette pauvre femme si sa fille n’y était pas allée?» s’est interrogé l’agent Huard.

Selon ce dernier, l’ensemble des policiers du secteur ont été consternés en apprenant la nature du crime. «Un crime comme celui-là, ça ne passe pas. On n’accepte pas ça. C’est sûr et certain que s’il le faut, on va retourner toutes les pierres de la ville pour trouver qui a fait ça», a-t-il assuré.

Plusieurs témoins devaient être rencontrés par les enquêteurs au cours de la journée de mercredi.

Les blessures subies par l’octogénaire ne mettraient pas sa vie en danger, mais ont tout de même nécessité son hospitalisation.