/news/politics

Christian Dubé veut plus de membres des minorités visibles chez les sous-ministres

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

PHOTO SIMON CLARK

Le ministre Christian Dubé songe à étendre le programme d’accès à l’égalité en emploi pour les personnes membres des minorités visibles et ethniques aux mandarins de l’État.

«Si on a ce même engagement-là du côté des employés, des cadres, est-ce qu’on devrait avoir le même engagement du côté des hauts fonctionnaires? C’est un bon point», a affirmé jeudi le président du Conseil du trésor.

La proportion de personnes issues des communautés culturelles chez les mandarins de l’État est famélique, révèle les plus récentes données du gouvernement. Seulement 23 des 724 hauts fonctionnaires que compte l’État québécois sont membres de minorités visibles ou ethniques.

Le ministre Dubé a assuré que son gouvernement souscrit entièrement au programme d’accès à l’égalité en emploi mis en place en 2018. Annoncée par le précédent gouvernement libéral, cette mesure vise l’atteinte de 18 % de personnes issues des communautés culturelles dans l’ensemble de l’effectif régulier et 6 % chez les cadres d’ici 2023.

À l’heure actuelle, 11 % des employés de l’État et 4,9 % des gestionnaires sont membres de minorités visibles ou ethniques.

«À la vitesse de progression que l’on a, (...) je suis probablement confiant qu’on soit capable de dépasser ces objectifs-là. Donc il y a un accent, il y a un intérêt pour nous d’augmenter (la proportion d’employés issus des communautés culturelles)», a insisté le président du Conseil du trésor, avant la réunion quotidienne des députés de la CAQ à l’Assemblée nationale.

Christian Dubé ouvre la porte à étendre le programme aux sous-ministres et dirigeants d’organismes publics, et aussi aux anglophones, qui représentent moins de 1 % de l’effectif régulier de la fonction publique.

Le ministre signale que son collègue de Sainte-Rose, le député Christopher Skeete, a fait des représentations en ce sens. «Je pense que pour la communauté anglophone, si on veut les réintéresser à la fonction publique, faudrait le faire».