/regional/quebec

«Je croyais que les Canadiens avaient le sens de l’humour»

Nicolas Saillant | Le Journal de Québec

La Française qui s’est fait arrêter à l’aéroport de Québec après avoir dit qu’elle avait «trois bombes» dans ses bagages voulait faire une «blague» aux agents frontaliers.

Catherine Ambroise-Rendu n’a rien d’une terroriste. La retraitée de 64 ans, qui a travaillé comme fonctionnaire de l’État français, venait passer deux semaines à Québec pour soutenir une nièce aux études et revoir des amis.

En prenant son bagage sur le carrousel de l’aéroport Jean-Lesage mercredi après midi, elle s’est inquiétée de ne pas avoir signalé le poivre de table qu’elle avait dans sa valise.

Cette dernière est donc allée voir un douanier pour lui demander si cela était accepté. Le douanier lui répond puis lui demande si elle transporte autre chose.

«Oui j’ai trois bombes dans mes bagages» dit-elle deux fois à l’agent. Devant la réaction du douanier, Mme Ambroise-Rendu ajoute finalement «non non c’est une blague».

Les agents ont indiqué que la dame s’est excusée rapidement tout en ajoutant dans ses explications, «je croyais que les Canadiens avaient le sens de l’humour». Arrêtée, fouillée et accusée d’entrave au travail d’un agent de la paix, la Française la trouvait beaucoup moins drôle dans la boite des accusés du palais de justice.

Pour expliquer ce qui lui était passé par la tête, la Lyonnaise a bêtement dit «pour moi c’était une façon d’entrer en contact avec une personne». La procureur Geneviève Blouin s’est, quant à elle, assurée que l’accusée réalisait la gravité de la situation surtout lorsqu’elle a vu cette dernière avoir un sourire en plaidant coupable.

Le juge Jean Asselin s’est également assuré qu’elle réalisait l’importance de la menace qu’elle pouvait représenter dans un aéroport. «Vous êtes au fait de ce qui s’est produit à l’aéroport de Bruxelles?». Il faisait ainsi référence à l’attentat de mars 2016 qui avait fait 32 morts suite à l’attaque de trois kamikazes.

«Je prends très au sérieux la situation», a répété la Française qui affichait des remords. Cette dernière s’en est tout de même tirée avec une absolution inconditionnelle en échange d’un don de 1000$ au Pignon Bleu.

Les agents des services frontaliers devaient ensuite décider si Mme Ambroise-Rendu pouvait poursuivre son séjour au Québec ou non.

Dans la même catégorie