/news/elections

Les chefs des partis d'opposition s'attendent à plus de Trudeau

Émilie Bergeron | Agence QMI

Les chefs des partis d’opposition fédéraux se sont montrés peu satisfaits des excuses offertes par Justin Trudeau pour avoir noirci son visage avec du maquillage en guise de déguisement par le passé.

«Les Canadiens auraient pu accepter l’excuse de Justin Trudeau s’il avait dit vrai. Mais il a menti pendant ses excuses», a tonné le chef conservateur Andrew Scheer lors de son passage à Saint-Hyacinthe,  au Québec.

M. Scheer faisait référence au fait que le chef libéral n’a mentionné mercredi que deux incidents au cours duquel il a maquillé la totalité de son visage de couleur sombre afin de se costumer. Le recours à ce type de maquillage, communément appelé «blackface» ou «brownface» est jugé raciste par plusieurs.

À LIRE ÉGALEMENT

La Ligue des Noirs du Québec défend Trudeau

Des élus québécois condamnent les photos de Trudeau maquillé

«Je ne vois pas ce qu'il y a de raciste là-dedans!» : Des réactions mitigées par rapport au «brownface» de Trudeau

Le «blackface», une pratique qui fait scandale

Un autre maquillage controversé: de nouvelles images de Justin Trudeau

«Blackface» : Justin Trudeau se confond en excuses

«Le pape du discours de la rectitude politique a commis un péché»

Or, une vidéo diffusée par le réseau «Global» jeudi matin montre qu’il y aurait eu un troisième cas qui n’a pas été évoqué par M. Trudeau.

«Je pense qu’il a perdu depuis longtemps l’autorité morale de gouverner et, après son incapacité à dire la vérité hier soir, il continue de montrer aux Canadiens qu’il n’est pas digne de gouverner ce pays», a ajouté le chef conservateur en point de presse.

Il a par ailleurs salué au passage «l’authenticité et la compassion» de la réponse donnée à la controverse par un de ses adversaires politiques, le chef néo-démocrate.

D’ailleurs, Jagmeet Singh est revenu sur ses propos de la veille lorsque pressé de questions, en marge d’un arrêt de campagne à Hamilton, en Ontario, jeudi.

«La question à se poser est "est-ce que le vrai M. Trudeau est [le même] qui dit en public qu’il est pour la diversité et pour les communautés autochtones, ou, derrière les portes closes, il se moque des militants autochtones ou des gens à cause de la couleur de leur peau?’’», a-t-il lancé.

M. Singh, qui dit avoir souffert de discrimination et de racisme dans le passé, insiste depuis mercredi sur l’effet négatif que pourrait avoir sur plusieurs Canadiens des minorités visibles la vue des images du M. Trudeau arborant se noircissant le visage.

«Au lieu de cibler la réponse des autres, je veux prendre un moment pour réfléchir aux gens qui sont touchés par ça, les gens qui ont vécu le racisme toute leur vie», a dit le chef du NPD.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a lui aussi réagi à la controverse entourant le chef libéral.

«Je ne pense pas que Justin Trudeau soit raciste, mais je pense qu’il a, même pendant son mandat, manqué d’un certain sérieux, a dit le leader souverainiste. Là, on ne peut pas lui reprocher d’avoir voulu faire la fête dans son passé et de s’être déguisé avec un manque de jugement qu’il admet lui-même».

«Il aurait dû, puisqu’il le savait, en amont, révéler tout ça en avance. Parce que là c’est en train de plomber sa campagne électorale et moi, je ne veux pas qu’il se sauve parce qu’il a des scandales à gérer. Je veux qu’il soit en avant de moi pour répondre à mes questions et à celles des citoyens», a ajouté M. Blanchet.

Critiques

De nombreux internautes ont dit sur les réseaux sociaux qu’ils considèrent que M. Trudeau a commis une erreur de jeunesse comme à peu près tout le monde. Plusieurs croient que trop d’attention est accordée à la chose et détourne les yeux des enjeux réels de la campagne électorale fédérale.

Le débat a été lancé avec la publication par le média américain «Time » d’une photo de 2001 où on voit un Justin Trudeau de 29 ans vêtu d’un turban, d’une tunique et la peau recouverte de maquillage brun.

Le chef libéral travaillait alors comme enseignant dans une école privée de la Colombie-Britannique. Il prenait part à une soirée de fin d’année qui avait pour thème les «Mille et une nuits» et son costume était inspiré du personnage d’Aladdin.

Le premier ministre s’est confondu en excuses, mercredi en soirée.

«Je suis quelqu’un qui a œuvré toute ma vie pour contrer l’intolérance et la discrimination. J’aurais dû le savoir, même à cet âge-là, que je n’aurais pas dû faire ça», a-t-il admis.

Le principal intéressé doit revenir sur toute cette affaire un peu plus tard, jeudi, depuis Winnipeg.

Dans la même catégorie