/news/currentevents

Pas d'accusations pour un cadavre découvert à la frontière

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Plus de six mois après cette histoire nébuleuse de cadavre à la frontière d'Hemmingford qui avait largement fait la manchette, TVA Nouvelles a appris que le Directeur des poursuites criminelles et pénales a décidé de ne pas déposer d'accusations criminelles dans ce dossier.

À LIRE ÉGALEMENT

Des Québécois aux douanes avec le cadavre d'un proche

Cadavre aux douanes: «On a dit tout ce qu’on savait à la police»

Cadavre aux douanes: de nouveaux détails sur la séquence des événements

L'octogénaire Fernand Drapeau était décédé, allongé sur la banquette arrière du véhicule conduit par son fils Luc, lorsqu'ils sont arrivés au poste frontalier le 31 mars dernier. La Sûreté du Québec avait déclenché une enquête.

«À la suite de l'examen complet du dossier d'enquête transmis par la Sûreté du Québec, le DPCP conclut qu'aucune accusation ne sera portée relativement à cette affaire. Le procureur qui a procédé à l'analyse du dossier a déterminé qu'il n'était pas en mesure de démontrer une infraction criminelle en l'espèce.»

«Une expérience traumatisante», a dit avec émotion Luc Drapeau dans le cadre de son premier entretien à TVA Nouvelles, jeudi.

«J'étais en état de choc quand je suis arrivé à la frontière avec mon père décédé. On souhaitait qu'il finisse ses jours à la maison ou à l'hôpital et non de cette façon.»

Fernand Drapeau serait décédé dans la région d'Albany, dans l'État de New York, en pleine nuit. Son épouse, en couple depuis une cinquantaine d'année, était également dans la fourgonnette quand son conjoint a rendu son dernier souffle.

M. Drapeau et sa femme passaient l'hiver en Floride depuis plusieurs années. Or, en décembre dernier, l'octogénaire avait été hospitalisé en Floride en raison de divers problèmes de santé. Son fils Luc qui prenait régulièrement des nouvelles de ses parents a décidé de prendre l'avion parce qu'il estimait que M. Drapeau n'avait pas la force nécessaire pour faire le voyage du retour.

«Mon père avait des problèmes de sang mais il se souffrait pas d'une maladie grave. Mes parents faisaient des suivis de façon régulière avec leur médecin de famille. Quand j’ai appris que son état s’était dégradé en Floride, que sa santé pouvait varier d’un jour à l’autre, j'ai dit à mes parents, préparez vos affaires, je m’en viens vous chercher. Je suis parti en mission de ramener mon père au Québec», a déclaré Luc Drapeau qui dit avoir dormi seulement 4 heures durant tout le trajet.

«Dans la région de Washington, mon père était lucide. Il m'indiquait même les sorties et la route à prendre. Il n’était pas mourant. Je lui prenais la main régulièrement. Mais quand nous sommes arrivés à Albany, il faisait nuit j’ai cessé de parlé à Fernand en me disant qu’il devait dormir. Je me suis arrêté à Champlain pour mettre de l'essence. C'est là que j'ai regardais par la vitre de la voiture et que je me suis rendu compte que mon père était probablement décédé», a raconté avec consternation Luc Drapeau, qui a repris le chemin tout de suite. «Il était urgent que j’arrive à l’hôpital. Chaque minute comptait, la douane était un autre obstacle à franchir.»

Rappelons que les causes exactes du décès de Fernand Drapeau ne sont pas encore connues. La famille attend le rapport de l'autopsie.