/news/elections

Un autre maquillage controversé: de nouvelles images de Justin Trudeau

Agence QMI et AFP

D’autres images montrant le premier ministre Justin Trudeau avec un maquillage foncé sur le visage pour se déguiser lorsqu’il était beaucoup plus jeune ont fait surface jeudi matin.

Une vidéo obtenue par le réseau Global montre le chef libéral faisant des grimaces et riant avec le visage noirci au début des années 1990. Il porte un t-shirt blanc et des jeans troués dans cet épisode qui est différent de celui révélé mercredi par le magazine «Time».

À LIRE ÉGALEMENT

«Blackface» : Justin Trudeau se confond en excuses

Une vidéo obtenue par le réseau Global montre le chef libéral faisant des grimaces et riant avec le visage noirci au début des années 1990. Il porte un t-shirt blanc et des jeans troués dans cet épisode qui est différent de celui révélé mercredi par le magazine «Time».

On ignorait où ont été tournées ces nouvelles images.

Global a toutefois dit avoir eu la confirmation d’un membre haut placé de la campagne libérale qu’il s’agit bel et bien de Justin Trudeau sur ces images. Le chef libéral se serait ainsi déguisé avec le visage noirci à au moins trois reprises dans le passé.

Mercredi soir, Justin Trudeau a été forcé de se confondre en excuses pour avoir commis par le passé «un geste raciste» en maquillant son visage tout en brun pour se déguiser.

«Je ne pensais pas que c’était raciste à l’époque, mais maintenant, je reconnais que ce l'était et je suis profondément désolé», avait dit le chef libéral dans son avion de campagne au sujet d’une photo de 2001 publiée par le magazine «Time» où l’on peut voir M. Trudeau vêtu d’un turban, d’une tunique et le visage couvert de brun.

Le premier ministre était alors âgé de 29 ans et travaillait comme enseignant dans une école privée de la Colombie-Britannique. Il prenait part à une soirée de fin d’année qui avait pour thème les «Mille et une nuits» et son costume était inspiré du personnage d’Aladdin.

Le chef a même reconnu avoir employé le même type de maquillage à une autre occasion dans sa vie, lorsqu’il était étudiant au secondaire. Il semble donc qu’il ait omis mercredi soir de parler de l’événement montré par les images de Global, jeudi.

Le recours au «brownface» ou «blackface» est une pratique largement décriée comme étant raciste, à commencer par les personnes de couleur ou les groupes de défense des droits des minorités visibles.

«Je suis quelqu’un qui a œuvré toute ma vie pour contrer l’intolérance et la discrimination. J’aurais dû le savoir, même à cet âge-là, que je n’aurais pas dû faire ça», a admis M. Trudeau mercredi.

S’il «regrette profondément», M. Trudeau n’a pas l’intention de démissionner ni de baisser les bras dans la course électorale qui doit se conclure avec le scrutin du 21 octobre.

«Je me tiens ici debout devant les Canadiens comme je le ferai tout au long de cette campagne pour parler du travail que nous devons faire pour rendre notre pays meilleur ensemble», a dit mercredi soir celui qui sollicite un deuxième mandat.

Critiques

Rappelons que ce n’est pas la première fois que le premier ministre essuie une pluie de critiques pour ses choix d’habillement.

Les condamnations ont fusé, mercredi soir, concernant la photo publiée par le «Time». Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh, qui est de confession sikhe et qui a déjà dit avoir subi de la discrimination quand il était jeune, a paru particulièrement ébranlé.

«En voyant cette image, j’ai pensé aux enfants qui allaient la voir et à qui ça rappellerait de mauvais souvenirs», a-t-il dit depuis Toronto.

«Je veux vous dire que vous avez une valeur, que vous êtes aimés et qu’ensemble, on peut bâtir une meilleure société», a-t-il lancé à leur adresse.

Le chef conservateur, Andrew Scheer, a sauté sur l’occasion pour affirmer que M. Trudeau «manque complètement de jugement et d’intégrité» et n’est pas digne d’être premier ministre.

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet a de son côté été plus nuancé dans sa réaction. Il a soutenu qu'on pouvait reprocher bien des choses à M. Trudeau, comme de ne pas être compétent comme premier ministre. Il a toutefois ajouté qu'il ne considère pas que le chef libéral soit raciste.

De son côté, la chef du Parti vert, Elizabeth May, a déclaré depuis Vancouver que «si c’était un autre candidat, le parti l’évincerait. Mais c’est une situation très différente. C’est leur chef».

«Les gens sont souvent racistes sans le savoir. À ce moment-là de sa vie il était probablement inconscient qu’il l’était», a-t-elle ajouté en précisant: «Je ne pense pas que l’homme que je connais aujourd’hui est raciste. En même temps, je ne pouvais pas m’imaginer qu’une photo pareille existait».

Pour elle, «ça pose d’énormes questions. C’est tout simplement incroyable comment quelqu’un peut avoir manqué de jugement à ce point».

Dans la même catégorie