/news/techno

YouTube: les enfants sous surveillance

Ulysse Bergeron

 - Agence QMI

Steve - stock.adobe.com

Alors que les autorités américaines viennent d’imposer une amende de 170 millions $ à YouTube et à Google pour avoir recueilli des informations personnelles sur des enfants, rien n’est fait au Canada pour contrecarrer la cueillette de données personnelles des moins de 18 ans à des fins publicitaires.

Pourtant, les pratiques de ces deux entreprises au Canada ne diffèrent pas de celles aux États-Unis, constate Maude Bonenfant, professeur à l’UQAM spécialisée dans la collecte massive de données.

«Le petit enfant du Canada qui visionne YouTube est aussi surveillé que l’enfant américain», souligne-t-elle.

YouTube et Google ont été condamnés aux États-Unis, il y a deux semaines, à payer 170 millions pour avoir collecté les informations personnelles de mineurs à l’insu de leurs parents.

Il s’agissant de renseignements comme la localisation des enfants, les appareils qu’ils utilisent et leurs numéros de téléphone.

Extrêmement populaire chez les jeunes, YouTube pratique «une collecte massive qui fait fi des frontières géographiques, des cadres réglementaires et de l’âge des utilisateurs», explique Mme Bonenfant.

Collecte massive

C’est une réalité préoccupante compte tenu de la force de frappe d’Alphabet, entreprise qui détient les trois sites les plus consultés au Canada: Google.com, Google.ca et YouTube.com.

«Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il y a croisement des données personnelles entre ces différents sites pour dresser le profil des usagers et ça, peu importe l’âge», explique Maude Bonenfant.

Les profils sont par la suite vendus à des annonceurs sur un marché en temps réel qui peut prendre la forme de mises aux enchères. Puissants, les dispositifs de cueillette de données permettent de diffuser des publicités adaptées aux goûts de l’enfant qui est devant l’écran.

«Est-ce que les parents accepteraient que cinq personnes s’installent dans la chambre de leur enfant pendant qu’il joue, l’observe et l’analyse, lui pose des questions sur ce qu’il aime pour lui proposer éventuellement une liste de cadeaux de Noël ? C’est ce qui se passe actuellement», dit-elle.

Or, le profilage des moins de 18 ans sur des sites comme YouTube passe actuellement sous le radar des autorités québécoises et canadiennes. «On a des lois de dinosaures qui ont été mis en place il y a une quinzaine d’années, avant l’arrivée du premier iPhone», rappelle Paul Laurier, président de la firme de sécurité et d’enquête numérique Vigiteck.

Depuis, l’encadrement n’a jamais été revisité. Dans les faits, la collecte de données des moins de 18 ans à des fins publicitaires n’est toujours pas réglementée, constate-t-il: «Au Canada, c’est tout simplement un vrai Far West», dit M. Laurier.

Le marché des mégadonnées

La valeur du marché mondial des mégadonnées (Big data) devrait passer de 42 milliards $ en 2018 à 103 milliards $ en 2027, soit un taux de croissance annuel qui dépasse 10%, selon les prévisions de la firme Wikibon.

Le marché canadien évalué à près de 1,5 milliard $ devrait enregistrer une croissance similaire au cours des prochaines années.

YouTube en chiffres

- Chaque minute, 500 heures de contenu vidéo sont téléchargées.

- 28 % des Canadiens ont un compte.

- 47 % des Canadiens consultent YouTube chaque semaine.

- 43% des Canadiens y partagent du contenu quelques fois par année.