/news/law

Aucune trace de sang de Fredette à leur domicile, dit une experte

Michaël Nguyen | Journal de Montréal

Aucune trace de sang d'Ugo Fredette n'a été retrouvée au domicile du couple Fredette-Barbe, a affirmé vendredi une biologiste judiciaire au procès de l’homme accusé de double meurtre prémédité.

«Tout le sang prélevé à cette résidence est celui de Véronique Barbe», a affirmé l’experte en biologie judiciaire Sonia Roy, au palais de justice de Saint-Jérôme. 

Ce témoignage fait écho à ceux entendus précédemment, voulant que le jour où Ugo Fredette aurait tué sa conjointe, le 14 septembre 2017, la femme ait couru vers le balcon avant que son conjoint des huit dernières années ne la rejoigne. 

«Il l’a pris[e] comme s’il [lui] donnait un câlin, mais juste pour la ramener», avait témoigné un enfant de 9 ans qui était présent sur les lieux au moment du drame. 

Selon la théorie de la Couronne, Fredette a tué Mme Barbe dans leur résidence de Saint-Eustache parce qu'il n’acceptait pas leur rupture imminente. Une lame de couteau à steak retrouvée sur place était tachée du sang de Mme Barbe, a affirmé Mme Roy. 

L’accusé aurait ensuite pris la fuite avec un enfant de 6 ans, causant le déclenchement d’une alerte Amber. 

Pendant sa cavale, qui l'a amené dans plusieurs villes du nord-ouest du Québec, des Laurentides à l’Abitibi, en passant par l’Outaouais, il aurait tué Yvon Lacasse, un aîné dont il a volé le véhicule. 

Fredette a finalement été retrouvé en Ontario près de 24 heures plus tard. 

Traces de sang

À la demande des autorités, la biologiste judiciaire Sonia Roy s’est rendue au domicile du couple afin d’analyser les traces de sang retrouvées tant sur leur balcon qu'à l'intérieur de la résidence. 

L’experte, qui a travaillé sur plus de 2000 dossiers, dont celui de la tragédie de Lac-Mégantic, a effectué des dizaines de prélèvements pour conclure que tout le sang retrouvé était celui de la victime. 

Son expertise lui a également permis de déterminer que la femme saignait déjà lorsqu’elle aurait été ramenée du balcon vers la cuisine, où son corps a été retrouvé. 

«Il y avait énormément de sang, une mare de sang: c’est un corps», avait témoigné le policier qui a fait la macabre découverte. 

Le procès, présidé par la juge Myriam Lachance, se poursuit. Les procureurs Steve Baribeau, Karine Dalphond et Alexis Marcotte-Bélanger agissent pour la Couronne, tandis que Me Louis-Alexandre Martin défend l’accusé de 43 ans.