/news/politics

Legault choqué par les révélations de «J.E.»

TVA Nouvelles

Au lendemain de la présentation de l’émission «J.E.» sur les enseignements du groupe religieux la Mission de l'Esprit-Saint, le premier ministre s’est dit choqué.

À LIRE ÉGALEMENT

Un lieu de culte illégal de la Mission de l'Esprit Saint démasqué grâce à «J.E.»

«C'est une secte qui détruit des vies, surtout celles des enfants»

Dans le cadre de l’émission, d'anciens membres de cette communauté religieuse controversée ont livré des témoignages troublants.

Ils ont quitté ce mouvement qui valorise le mariage à l'adolescence et qui enseigne aux enfants que la femme n'est sur Terre que pour faire des bébés. Ils apprennent également aux jeunes que la Terre n'est pas ronde et que les planètes n'existent pas.

«Moi, je trouve ça choquant, inacceptable. Là, si, effectivement, ça se révèle que des sectes disent à nos jeunes filles qui sont là pour faire des enfants à partir de l'âge de 14 ans, là, ce n'est pas vrai qu'on va endurer ça au Québec», a lancé le premier ministre.

Questionné à savoir s’il allait aller de l'avant avec un éventuel projet de loi sur les dérives sectaires, il a promis d’agir.

«On va prendre les actions qui sont nécessaires pour corriger ça. Mais, moi, comme premier ministre du Québec, jamais je n'accepterai qu'il y ait des sectes qui enseignent à nos jeunes filles qui sont juste là pour faire des enfants, à partir de l'âge de 14 ans, là. JAMAIS!», a-t-il martelé.

Le mouvement enseigne illégalement aux enfants que ce soit à l'école de Saint-Paul, l'école qui a d'ailleurs perdu son permis au cours de l'enquête, et qui enseigne aussi dans un local occulte de Joliette. Les ex-disciples ont tous raconté à «J.E.» avoir reçu une éducation totalement inadéquate. Le premier ministre promet qu'il va agir.

Depuis plus de 20 ans, l'organisme Info-Secte espère que l'émission de «J.E.» permette éventuellement un meilleur encadrement des mouvements religieux au Québec et rappelle aussi l'importance de dénoncer et de ne pas hésiter non plus à demander de l'aide.