/news/society

6 jours à trier des cochonneries

Dominique Cambron-Goulet | Journal de Montréal

Pour tenter de comprendre la crise du recyclage que vit le Québec, notre journaliste Dominique Cambron-Goulet s’est fait embaucher incognito dans un centre de tri. Le quotidien est loin d’être rose. On essaie de séparer à un rythme infernal le contenu de bacs que plusieurs personnes traitent comme une deuxième poubelle.  

À LIRE ÉGALEMENT

L’échec du système de recyclage  

À travers les cartons souvent souillés, les plastiques pas toujours lavés, et le verre souvent cassé se trouvent un pneu, puis un autre, un patin, une valise, une couche, et enfin un sac plein de nourriture moisie. 

«Bon appétit ! » crie Jorge, le chef de ligne, sur un ton moqueur. 

Cette scène est récurrente au centre de tri de Recyclage de papiers MD, à Châteauguay, dans lequel j’ai travaillé pendant six jours. 

Ici, les cochonneries dans le recyclage sont la norme, et non l’exception. 

Et ce n’est pas une poignée de travailleurs payés à peine au-dessus du salaire minimum ni même un journaliste se faisant passer pour un trieur qui pourront empêcher le rapide convoi de la contamination de se rendre à l’autre bout du monde. 

Des ballots de papier mixte, inévitablement encore pleins d’emballages de plastique et d’autres matières, prennent le chemin de l’Inde, notamment. 

Mission difficile pour les trieurs le long de la ligne  

On « maquille » même les ballots pour qu’ils aient l’air plus propres avant leur embarquement pour l’Asie

Notre journaliste Dominique Cambron-Goulet s’est fait embaucher au centre de tri de Recyclage de papiers MD, à Châteauguay, où il a travaillé pendant six jours.

Photo MARTIN ALARIE

Notre journaliste Dominique Cambron-Goulet s’est fait embaucher au centre de tri de Recyclage de papiers MD, à Châteauguay, où il a travaillé pendant six jours.

15 h tapant, la cloche sonne.  

 Il faut déjà être à son poste.  

 Parce que le convoyeur, lui, démarre tout de suite.  

 Le train de matières est en marche. 

Le centre de tri de Recyclage de papiers MD, à Châteauguay, gère près de 50 000 tonnes de matières recyclables par année.

Photo courtoisie

Le centre de tri de Recyclage de papiers MD, à Châteauguay, gère près de 50 000 tonnes de matières recyclables par année.

Moi, je suis un peu perdu dans le centre de tri, je ne sais pas quoi faire. « Va en haut, on va t’expliquer », me lance Stéphane, le contremaître.  

 «Tu prends les gros cartons, tu les mets ici. Plus petits qu’une caisse de bière, tu ne les prends pas. Les bouteilles de vitre, ça va ici, et les canettes, ici, m’explique Jorge, le chef de ligne, en pointant deux chutes en métal et un bac. Si tu vois un sac de plastique plein de recyclage, tu l’ouvres. » 

Au bout du convoyeur, une presse fait des ballots de papier, qui seront envoyés en Inde. Mais ils contiennent encore beaucoup de plastique.

Photo courtoisie

Au bout du convoyeur, une presse fait des ballots de papier, qui seront envoyés en Inde. Mais ils contiennent encore beaucoup de plastique.

La formation ne dure que quelques minutes. Ici, on apprend surtout sur le tas, au fur et à mesure qu’on a de nouvelles choses à trier.  

Les nouveaux venus sont systématiquement placés au tri du carton. C’est le poste le plus simple, mais c’est aussi un des pires ou « près de la merde », comme dirait Rayane, un Français qui a travaillé au centre de tri deux mois pour payer ses vacances au Québec avec deux de ses compatriotes. « La merde », c’est la chute d’arrivée des matières qui montent depuis le « trou de la mort ».  

 Au début de la ligne, tout est à faire. C’est l’endroit idéal pour observer les chaises de camping, les amortisseurs de voiture et autres déchets que les citoyens tentent de faire passer pour du recyclage. 

L’odeur n’est pas agréable, mais elle est supportable. J’ai parfois l’impression de trier des poubelles plutôt que du recyclage. Mais à chaque sac de véritables déchets qui passe, mon nez me rappelle que la puanteur serait alors bien pire.  

Cet intraitable tapis  

Dans un des centres les moins technologiques au Québec, 24 employés ont pour mission de trier à la main plus de 50 % de ce qui arrive pêle-mêle des bacs bleus des citoyens d’une trentaine de municipalités de la Rive-Sud de Montréal.  

C’est plus de 50 000 tonnes de matières recyclables par année qui aboutissent ici.  

Tout doit être retiré, sauf le papier. D’abord les gros cartons ondulés, puis les plastiques, les bouteilles de verre, les canettes d’aluminium et, évidemment, les déchets. Mais le convoyeur va très vite, trop vite. Au début, j’ai l’impression d’être moi-même en mouvement. Ça m’étourdit. Je dois reprendre mon équilibre plusieurs fois par jour.  

 Et la quantité de matières sur le tapis peut être épeurante. « Le stock est pas beau, câlisse », « le niveau est trop haut » peste parfois Papi, un des chefs de ligne.  

 La mission des trieurs est très difficile, voire impossible. Selon mes calculs, il faudrait que chaque trieur réussisse à séparer presque deux tonnes de matière par jour du papier, pour que tout soit trié correctement.  

 Après la première salle de tri, il y a bien un aimant qui réussit à extirper une partie des cannes de conserve, et des rouleaux de caoutchouc s’occupent de filtrer les petites particules, dont les éclats de verre. Mais ce n’est pas assez. 

Le tri du carton est l’opération la plus salissante. Beaucoup de poussière et d’éclats de verre revolent sur les trieurs.

Photo courtoisie

Le tri du carton est l’opération la plus salissante. Beaucoup de poussière et d’éclats de verre revolent sur les trieurs.

Papier, carton, contenants de plastique, verre, canettes défilent mélangés jusqu’au dernier des trieurs.  

 Au carton, le tri est simple, il n’y a presque qu’une seule chose à ramasser. Mais plus on avance sur la ligne, plus il faut avoir les mains vives et l’œil aiguisé.  

«Ici, l’important ce sont les sacs, mais ne néglige pas ton carton », me stipule Jorge, alors que je peine déjà à attraper les centaines de sacs de plastique qui défilent sous mes yeux. 

Des employés retirent les plastiques apparents des ballots de papier pour qu’ils aient l’air plus propres.

Photo courtoisie

Des employés retirent les plastiques apparents des ballots de papier pour qu’ils aient l’air plus propres.

À certains postes, il y a quatre ou cinq différents matériaux à collecter.  

«Ici, tu ramasses les sacs et les bouteilles d’eau. Ramasse toutes les bouteilles d’eau. L’important, c’est les sacs, t’enlèves tous les sacs. S’il y a des canettes, ta boîte est en arrière. La petite margarine [plastique numéro 5], tu connais la petite margarine ? Bon ben, ta boîte est là », m’explique Papi au début de ma quatrième journée, la première dans la salle de tri des plastiques. 

Juste ramasser toutes les bouteilles d’eau paraît une tâche simple, mais c’est déjà pratiquement impossible de ne pas en laisser passer.  

Mes responsabilités s’accumulent. Je dois aussi disposer de bacs des autres collègues qui ont fait le plein de sacs ou d’aluminium.  

En plus, il y a des pièges. « Celle-là, elle n’est pas bonne, elle est foncée. Tu vois le numéro ici ? [Plastique numéro] un, oui, mais il y a de la couleur, c’est pas bon ça », m’explique Papi en pointant une bouteille de plastique verte.  

 «Celle-là est bonne, c’est de la liqueur », poursuit-il en prenant une bouteille vert plus clair. 

De nombreux ballots de sacs de plastique s’empilent dans la cour du centre de tri.

Photo courtoisie

De nombreux ballots de sacs de plastique s’empilent dans la cour du centre de tri.

 

Beaucoup d’entraînement  

 Arriver à reconnaître les bons plastiques des mauvais plastiques quand ils défilent demande beaucoup d’entraînement. Ce n’est donc pas évident de faire un bon tri quand il y a de nouveaux employés chaque semaine.  

 Un bon exemple : les pots de beurre d’arachides et leurs couvercles de couleur ne vont pas au même endroit. Je prends parfois le temps de les séparer, mais cela fait perdre beaucoup de temps.  

 Sur la ligne, toute seconde de distraction permet à des matières valorisables, comme du plastique, des canettes et des conserves, de s’enligner vers « la presse ».  

 Car le tapis, lui, n’arrête pratiquement jamais, sauf pour les urgences et les bris.  

 Il sera d’ailleurs brisé pendant une journée complète lors de mon passage.  

«Le bearing était déjà scrap, mais là, on l’a achevé », précise Stéphane pendant une pause.  

Pendant ce temps, les camions de recyclage ont continué d’affluer par dizaines, remplissant l’entrepôt jusqu’au plafond de matières à trier.  

Au début, « la presse » m’est apparue comme un mystère. Il faut dire qu’au-delà des « mets les galons [plastique numéro 2] ici », « ça, on le jette », « si le feu prend ici, tu sors par l’autre côté », « le harcèlement, c’est non » et « on ne consomme pas au travail », les explications du fonctionnement de l’usine aux trieurs sont minimales.  

Avec la quantité de matières diverses qui se rendent à la presse, c’est difficile de penser qu’il en sort autre chose que des déchets voués à l’enfouissement. Mais en fait, c’est du papier mixte.  

Selon un document, les normes de l’Institute of scrap recycling industries (qui servent de référence au Québec), les ballots de papier mixte devraient contenir un maximum de 2 % de matière autre. À Châteauguay, j’ai pu constater que c’est beaucoup plus. 

Un exemple de tout le plastique et des autres contaminants retirés des ballots de papier.

Photo courtoisie

Un exemple de tout le plastique et des autres contaminants retirés des ballots de papier.

Dans ces ballots, qui sont destinés à être envoyés en Inde, on trouve toutes sortes d’indésirables. J’en ai extirpé un bardeau d’asphalte, une plaque d’immatriculation, un épi de blé d’Inde, etc.  

Mais surtout, il y a du plastique, beaucoup de plastique.  

«Les douanes en Inde sont rendues plus difficiles astheure, rapporte Stéphane, le contremaître, dans une courte réunion. Ils n’aiment pas bien ça les plastiques. Une compagnie dans notre compagnie s’est fait prendre et ils leur ont laissé une chance. Mais là, c’est à nous de vous aviser : les plastiques, c’est très important de les enlever. »  

Travail d’équipe  

 «Là, j’aurais besoin d’un travail d’équipe, d’éviter d’être en retard, évitez les sorties des salles de tri, genre aller aux toilettes, flâner ou perdre du temps. Aussi, être prêts à travailler à la deuxième cloche », poursuit le patron de soir.  

En plus de mettre la pression sur son équipe, Recyclage de papiers MD met les bouchées doubles pour conserver une apparence de pureté dans ses ballots.  

Munis d’une paire de pinces et d’un exacto, quelques employés payés 1 $ de plus l’heure ont pour mission de nettoyer les paquets avant leur embarquement pour l’Asie. Il faut les rendre « super clean ».  

«T’enlèves tout le plastique, pour qu’il reste juste du papier pis du carton. Surtout les plastiques qui reflètent. Ça prend le temps que ça prend, mais il faut que ce soit clean », m’explique Guillaume, qui fait ce genre de travail tous les soirs.  

Le travail est fatigant, « plus physique », comme dirait mon contremaître.  

 «Ce n’est pas facile avec les outils, mais c’est mieux que sur la ligne », estime David, un des trieurs.  

Malgré mes efforts et mes ampoules aux doigts, les ballots que je nettoie ne sont propres qu’en surface. Le milieu est inatteignable tellement tout est compressé.  

Nettoyer un ballot me prend près d’une heure et demie, et il sort un ballot de la presse toutes les 3 ou 4 minutes. Impossible donc de rendre tout « super clean ».  

Les Indiens qui retrieront notre recyclage auront assurément encore fort à faire.  

«Porter des manches longues ici, c’est incontournable»  

Trieur n’est la job de rêve de personne. Quand on vous passe en entrevue, on ne vous demande pas vos aspirations ou l’endroit où vous vous voyez dans cinq ans.  

On vous dit même que « si ça ne va pas, ce n’est pas grave » tellement l’employeur est conscient qu’il s’agit d’un job jetable.  

De nouveaux employés, l’agence de placement qui en fournit la majorité en envoie chaque semaine.  

 Avec un CV très sommaire, je n’ai donc eu aucune difficulté à me faire recruter.  

Un appel, deux courriels, une entrevue de 15 minutes et presque tous les papiers d’embauche sont signés.  

Même pas besoin d’essai vu que je suis habillé un peu propre pour l’entretien : «Tu commences lundi 15 h. Arrive 15 minutes d’avance ! »  

S’il y a tant de roulement, c’est que les conditions sont dures. Je m’en suis aperçu rapidement. Ceux qui se lèvent chaque matin pour faire ce boulot ont tout mon respect.  

Passer de longues heures debout à manipuler sans arrêt de la saleté et des éclats de verre, devant un convoyeur qui défile à une vitesse étourdissante, le tout sur fond d’odeur désagréable, voire infecte quand viennent les poubelles, voilà qui n’est pas une description de tâches invitante.  

Pas question non plus de prendre une pause avant le son de la cloche. Quand le tapis arrête, parce que la chute des matières est bloquée, ou que la presse coince, il ne faut pas « se tourner les pouces » rappellent constamment le contremaître et les chefs de ligne.  

Je dois donc ramasser les feuilles de papier et les sacs qui sont tombés à mes pieds, ou passer le balai dans l’allée.  

Les deux pauses de 15 minutes et la demi-heure de repas, mes seuls moments où je peux reposer mes jambes, passent vraiment vite.  

L’air au centre de tri est vicié, nos masques filtrants se salissent très vite. Bien que je change le mien toutes les deux heures, il passe inévitablement du blanc au gris.  

Si on peut utiliser quatre masques par jour, les gants eux ne sont pas changés souvent. À force de manipuler du recyclage sale, ils prennent une odeur peu invitante et leur revêtement de plastique se perfore parfois.  

Il faut demander au contremaître pour avoir droit à une nouvelle paire. Après quatre jours de travail avec les mêmes gants, ma requête a été refusée. « Fais une autre journée avec. Demain, je t’en donnerai d’autres. »  

 Dommage, c’est justement ce soir-là que je faisais le nettoyage de ballots. M’éreinter sur l’exacto et les pinces m’a donc valu une bonne série d’ampoules aux doigts.  

 Hiérarchie des trieurs  

 Tous les postes de trieurs ne s’équivalent pas. Il y en a des pires que d’autres.  

 Trier les gros cartons, par exemple, ça bouge beaucoup de matières, parfois indésirables. Elles tombent parfois dans les chutes et contaminent le carton, parfois sur le plancher, parfois sur les trieurs.  

 Porter des manches longues ici, c’est un incontournable, même s’il fait chaud. Sinon les éclats de verre s’accrochent à mes bras.  

 Je ne referai pas l’erreur de mettre un chandail à manches courtes après ma première journée.  

 Autre irritant majeur au carton : les chutes dans lesquelles il est lancé bloquent souvent.  

 Il faut alors s’acharner à les décoincer à l’aide d’un vieux bâton de hockey brisé ou d’un manche de pelle. Mais des fois, ça ne suffit pas.  

On met alors son travail de côté et on ramasse autre chose. Le carton, lui, poursuivra sa route, quitte à se retrouver dans la presse à papier.  

Obtenir une « promotion » et passer dans la deuxième salle, au tri des contenants, est toujours bienvenu.  

Comme dirait Papi, un des chefs de ligne : « Un régulier, c’est important de le faire avancer, sinon il va se dire : “Câlisse, ils me laissent tout le temps au carton”. »  

 Bonjour les accidents  

Ramasser des bouteilles de plastique, c’est pas mal moins salissant. Même si certaines personnes mettent leur bouteille de boisson gazeuse à moitié pleine dans le bac de recyclage.  

Comme toute usine, un centre de tri est un lieu dans lequel des accidents de travail peuvent survenir. Je l’ai appris à mes dépens.  

Pendant que le convoyeur était en panne, nous avons fait le ménage de l’entrepôt pendant une demi-journée.  

Notre boulot était de nettoyer le rez-de-chaussée de l’usine, dont le sol est jonché des matières recyclables qui débordent du convoyeur.  

Celles-ci, trop pêle-mêle, et surtout, pleines de poussière, finiront dans la cour de l’usine.  

Alors que quelqu’un tente de réparer le convoyeur situé au deuxième étage, il le secoue assez violemment. Je reçois alors un bon seau de vitre concassée sur la tête.  

 «En as-tu eu dans ton col ? Niaise pas avec ça, va aux toilettes voir si t’es OK », me lance Francis, un autre trieur.  

Le contremaître croisé près des toilettes, lui, ne s’en formalise pas trop. « Quand t’auras fini, t’iras monter des fans [ventilateurs] en haut, remplacer celles qui sont brisées », m’ordonne Stéphane.  

Heureusement, plus de peur que de mal. Ma casquette et mes lunettes m’ont protégé.  

 Au centre de tri, les éclats de vitre sont sournois. Ils se faufilent n’importe où. Le simple fait de mal lacer ses bottes peut être regrettable.  

 Nouveaux arrivants  

La plupart de mes collègues sont des travailleurs d’une agence de placement, des Africains en majorité. Certains sont nouvellement arrivés au pays et ne parlent ni français ni anglais, comme Papa.  

Cet homme noir ne se présentera plus au travail après deux dures journées complètes au tri de carton, souvent au poste où il n’y avait pas le petit ventilateur domestique, seule aération pour les travailleurs à part les fenêtres grandes ouvertes.  

 Mine de rien, une brise dans le cou est vraiment bienvenue quand il fait 30 degrés.  

 D’autres employés sont ici depuis quelques années, comme Emmanuel, du Burkina Faso, qui cherche à « faire quelques dollars » entre les mois aux études.  

 Quelques dollars c’est peu : le salaire minimum et une prime de 35 ¢ de l’heure pour le quart de soir.  

 « C’est mon jour de chance », s’exclame d’ailleurs Momo, un autre employé africain qui a eu le bonheur de trouver un 2 $ en faisant le ménage de la cour.  

 Ici, la poussière côtoie la pauvreté. Chaque sac à dos, chaque pièce de vêtement, chaque jouet sont scrutés par les travailleurs.  

 Tout objet potentiellement utilisable est conservé, même si c’est censé être interdit.  

 « Si tu vois un café, donne-moi-le », dit Emmanuel. Sa collègue Rita et lui ramassent les autocollants de fidélité sur les gobelets de café du McDonald’s.  

 Chaque jour, ils peuvent en avoir assez pour un café gratuit, si ce n’est pas deux.  

 Au moins, ces gobelets, qui ne sont pas recyclables, profitent à quelqu’un avant de finir à l’enfouissement.  

 ♦ Notre journaliste a décidé de verser les 493,58 $ gagnés au centre de tri à la Fondation Centraide du Grand Montréal.

 Objets inusités trouvés sur la ligne de tri 

BOULE DISCO

Capture d'écran

BOULE DISCO

  

JOUETS

Capture d'écran

JOUETS

  

CASSETTE VHS

Capture d'écran

CASSETTE VHS

  

COUCHES

Capture d'écran

COUCHES

  

Dossier recyclage

Capture d'écran

   

Salaire de trieur  

  •  Base: 12,50 $/h (salaire minimum)   
  •  Prime de soir: 0,35$ /h   
  •  Financement pour les bottes de travail: 0,10 $/h    

 « C’est la réalité »  

Se faire avertir par l’Inde qu’il y a trop de plastique dans son papier, « c’est la réalité de tous les centres de tri », estime Gilbert Durocher, président de Rebuts solides canadiens (RSC), dont Recyclage de papiers MD est une filiale.  

 Il dit ne pas être au courant de la situation précise rapportée par le contremaître de soir de son centre de Châteauguay, mais dit que c’est une « préoccupation de plusieurs pays en Asie de s’assurer que la matière entrante est de qualité ».  

 Le nettoyage des ballots est « demandé par les courtiers » à qui il vend son papier, assure M. Durocher, qui n’a pas voulu répondre à savoir s’il s’agissait d’un stratagème pour duper les douaniers des autres pays.  

 « Je ne peux pas effectivement aller chercher les contaminants à l’intérieur du ballot, convient-il. Mais ce que j’enlève à l’extérieur du ballot, c’est toujours ça de moins en pourcentage de contaminants. »  

 Le président admet aussi qu’avec le manque de main-d’œuvre, « c’est possible » que tous les ballots n’aient pas ce traitement.  

 Il n’a pas pu, jeudi, nous donner le pourcentage de contaminants dans ses ballots de papier mixte. Selon Recyc-Québec, ce taux est de 10 % en moyenne au Québec.  

 Difficile de réduire la vitesse  

«Ce n’est pas facile », avoue M. Durocher à propos de la vitesse du convoyeur, s’étonnant même que notre journaliste ait réussi à endurer le travail pendant six jours. « Il y en a qui partent après une journée », rappelle-t-il. 

Questionné à savoir s’il était réaliste que chaque employé sépare deux tonnes de matières par jour, M. Durocher a répondu que « non effectivement ».  

Mais réduire la vitesse du convoyeur serait difficile. « Il faut traiter le tonnage qui rentre. C’est possible [de réduire la vitesse], en ajoutant un quart de nuit. Mais on vit une pénurie de main-d’œuvre et on a déjà de la misère à avoir un quart de soir », souligne le président de RSC.  

 Se moderniser  

«Châteauguay, c’est un des centres de tri les plus anciens au Québec en termes de technologie. Il n’a jamais été modernisé », ajoute Gilbert Durocher.  

Il s’est déjà engagé auprès des municipalités desservies à y investir 9,7 M$ pour moderniser les installations. « Il va y avoir des séparateurs balistiques, des courants de Foucault et des lecteurs optiques pour trier les plastiques de différentes catégories », promet M. Durocher.  

 Ces investissements amélioreront le tri, mais le président admet qu’il faudrait y mettre encore plus d’argent pour avoir de meilleures matières. « Il faudrait que je triple la superficie de mon centre de tri, avance-t-il. Quand je parle de 9,7 M$, ça pourrait être bien plus, mais il faut y aller avec ses moyens aussi. »