/news/tele

Jean-Philippe Perras fait le point sur sa relation avec Maripier Morin

Marie-Josée R. Roy

 - Agence QMI

ENT-Lancement de la programmation de TVA

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Alors qu’on croyait que Raphaël, dans «L’heure bleue» reprendrait du poil de la bête en s’installant chez son père, en décrochant un boulot honorable et en se séparant de la désagréable Simone (Véronique Beaudet), voilà que le garçon culbute dans un nouveau sous-sol émotif suite au retour de sa mère, Véronique (Pascale Bussières), dans sa vie.

«Un sous-sol inexploré», confirme l’interprète du personnage, Jean-Philippe Perras, en entrevue.

«Dans les trois premières saisons, avec le réalisateur, Stéphan Beaudoin, on s’est toujours dit que le fait d’avoir été abandonné par sa mère quand il avait trois ans amenait Raphaël à penser qu’il ne méritait pas d’être aimé, que c’était de sa faute. Il pense encore ça aujourd’hui. Ça commençait à mieux aller et, tout à coup, en revenant de son jogging, maman arrive et lui lance "salut Raphi"...»

«Raphaël ne veut pas replonger là-dedans, mais il y a une partie de déni où il ne peut plus aller, continue Jean-Philippe Perras. Il se bute à cette colère et cette douleur. Mais le désir de trouver des réponses et de connaître sa mère l’incitera à aller la voir.»

Raphaël devra-t-il une fois de plus toucher le fond pour mieux remonter à la surface ensuite?

«C’est des montagnes russes», se contente de laisser entendre Jean-Philippe Perras, précisant que les retrouvailles maman-fiston constitueront le principal enjeu de Raphaël tout au long de la nouvelle saison de «L’heure bleue».

Fragilité

Jean-Philippe Perras avait beau avoir tenu l’un des rôles-titres de la comédie «Toi et Moi», avec Anick Lemay, de 2013 à 2016, et avoir incarné des protagonistes importants dans «30 vies», «Il était une fois dans le trouble» et «Feux», c’est son engagement dans «L’heure bleue» qui lui a offert son plus grand défi d’acteur et le plus de reconnaissance populaire.

En 2017, il raflait d’ailleurs un trophée Gémeaux pour son travail dans l’histoire d’Anne Boyer et Michel d’Astous.

«C’est tellement loin de moi, et ça m’amène dans des zones vraiment agréables à explorer, détaille le comédien de 33 ans. Je retrouve mon petit garçon intérieur. Et les gens aiment beaucoup la série. Les téléspectateurs prennent Raph en pitié, le trouvent attachant, parce qu’il est constamment dans une quête. Il est victime, mais il fait des efforts pour que ça aille mieux, et il est brillant. J’ai beaucoup d’affection pour lui.»

Aussi musicien, Jean-Philippe Perras prépare en outre un album avec son groupe, Gustafson.

Maripier, une amie

Autre raison qui fait circuler le nom de Jean-Philippe Perras sur bien des lèvres par les temps qui courent: des rumeurs persistantes indiquent que le jeune homme serait le nouvel amoureux de Maripier Morin.

Celle-ci, rappelons-le, a rendu publique sa rupture avec le hockeyeur Brandon Prust il y a quelques semaines. Et les ouï-dire quant à la possible relation de Morin et Perras galopaient bien avant que ne soit officialisée la séparation avec Prust.

Or, le principal intéressé nie formellement toute idylle romantique avec l’animatrice de «Studio G». Est-ce le fait que Jean-Philippe et Maripier aient joué un couple dans le thriller «La faille», qui sera dévoilé sur Club illico cet automne, qui a créé des vagues au-delà de la fiction? Quoi qu’il en soit, Perras affirme que Maripier n’est qu’une amie.

«Tu me l’apprends (que les rumeurs circulent, NDLR), mais en même temps, je trouve ça flatteur, crâne-t-il. Il faudrait que je lui en parle! Ç’a été une rencontre fantastique et très heureuse et, oui, on est des amis...»

«L’heure bleue», le mardi, à 20 h, à TVA.

Dans la même catégorie