/regional/montreal/laurentides

Les producteurs de pommes sont dans le jus

Amélie St-Yves | Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Des producteurs de pommes doivent redoubler d’ardeur pour pallier la pénurie de main-d’œuvre, tandis que des milliers de personnes profitent des belles journées d’automne pour aller en cueillir.

«On a des problèmes de main-d’œuvre depuis plusieurs années. Il va falloir que quelqu’un s’ouvre les yeux. On ne peut pas laisser les fruits pourrir dans les champs», a mentionné samedi la présidente des Producteurs de pommes du Québec, Stéphanie Levasseur.

Mme Levasseur ne croit pas que des fruits soient carrément gaspillés, mais les pommes ramassées au sol sont moins payantes que les autres. Elle indique que les pommes tombées, destinées au jus, se vendent autour de 5 cents la livre, contre 40 cents la livre pour les pommes fraîches cueillies aux arbres.

Aux Vergers Lafrance de Saint-Joseph-du-Lac, dans les Laurentides, les travailleurs mettent les bouchées doubles parce qu’il manque une dizaine d’employés chaque jour.

«Les clients ne s’en aperçoivent pas, mais c’est plus d’ouvrage pour nous. C’est plus d’heures pour tout le monde, dans le fond», a expliqué le copropriétaire Éric Lafrance, qui a fait appel à des agences pour trouver des travailleurs.

14 ans

Les gestionnaires du Verger Lacroix et Cidrerie, dans la même municipalité, doivent également user de créativité pour pallier le manque de quatre ou cinq travailleurs. Ils se tournent notamment vers les jeunes adolescents.

«On commence à former à 14 ans, 15 ans, avec l’autorisation parentale. On donne moins d’heures, mais on commence à les former dans l’espoir qu’ils vont revenir les autres années», a précisé Danielle Marceau, directrice générale et copropriétaire.

Ce n’est par ailleurs pas tout de trouver la main-d’œuvre, il faut ensuite la retenir.

«Il y a des gens qui font deux jours et ils sont partis. Ils ne reviennent pas et sont épuisés. Il faut toujours en trouver un nouveau», a mentionné Pierre Gaudette du verger le Pomiculteur du Bûcheron, toujours à Saint-Joseph-du-Lac.

Au rendez-vous

Reste que les clients rencontrés samedi étaient ravis de pouvoir croquer à pleines dents dans les fruits rouges.

«Les pommes sont super délicieuses, très rouges. On a une belle qualité de pommes», a dit Caroline Dumulon, venue de Trois-Rivières à Saint-Joseph-du-Lac avec ses deux enfants.

«C’est une belle activité de famille, et il fait super beau», a pour sa part indiqué Mélanie Bernier, venue en famille de Terrebonne avec son conjoint et leurs filles.