/news/culture

Souvenirs de cinéma avec Martin Deschamps

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

La semaine dernière, le rockeur Martin Deschamps a lancé «Comme je suis 2020», son album soulignant les 20 ans de son album «Comme je suis». Afin de demeurer dans les souvenirs, il nous entraîne dans son univers cinématographique...

Martin, quel est votre premier souvenir d'une salle de cinéma?

On nous avait emmenés en métro voir «Bernard et Bianca», c’était ma première fois en métro. Je vais toujours m’en souvenir. C’est un film d’animation hallucinant et je devais avoir sept ou huit ans.

Votre premier film marquant?

Ç'a été «E.T. L’extraterrestre». Je réalisais, jeune, à quel point ça pouvait traumatiser les gens d’être différent. À partir de ce moment-là, j’ai pris conscience de ma différence à moi et j’ai essayé de «revirer ça de bord» et de me faire accepter. E.T. avait juste deux doigts, comme moi!

Y en a-t-il un plus récent?

«Bohemian Rhapsody» est venu me chercher droit au cœur. Je l’ai écouté trois fois et j’ai craqué chaque fois. Le film ressemble trop à ce que nous vivons, nous, les gens de la musique. Des hauts et des bas, des querelles, de l’amour, etc.. Tout est là et il vit tellement intensément. La «passe» avec son père à la fin, les bonnes paroles, les bons gestes...

Avez-vous un film musical culte?

Oui, et culte veut dire aussi que c’est un film qui m’a accompagné pas mal toute ma vie. Il s’agit des «Frères Blues». Il y a eu une nouvelle version en 2000 et les deux m’ont beaucoup plu. Dans «Les frères Blues 2000», il y a Eric Clapton, B.B. King... c’est mythique pour moi.

Un film qui vous a traumatisé, enfant?

Il y a des films d’horreur, mais «Le magicien d’Oz» me faisait très peur! La sorcière avec sa face verte, les singes agressifs... j’étais jeune! Le traitement aussi, la tornade, le malheur qui arrive à cette petite fille, c’était traumatisant!

Qui a été votre premier «kick» au grand écran?

Tu ne dois pas l’entendre toutes les semaines, mais moi, c’est Brooke Shields dans «Le lagon bleu»! C’étaient probablement mes premiers nus à la télévision, c’est peut-être pour ça! Et le deuxième «kick», c’est Halle Berry dans «Les Pierrafeu» en vrai! Elle fait la secrétaire de Fred Caillou. Là-dedans, elle était à croquer.

La trame sonore de votre adolescence?

J’en ai plein, mais les chansons que j’ai chantées le plus sont celles de «Retour vers le futur»; Huey Lewis and the news avec «The Power of Love».

Un film ou un univers de film dans lequel vous aimeriez vivre?

«Qui veut la peau de Roger Rabbit» pour vivre dans un monde de dessin animé et avoir l’occasion de rencontrer la sexy Jessica Rabbit! La réplique de film que vous aimeriez voir gravée sur votre pierre tombale?
C’est un peu ironique, mais dans «Parfum de femme», qui est aussi l’un de mes films cultes, Al Pacino dit au recteur de l’université: «I’m not finished» [«Je n’ai pas terminé», en français, NDLR]. C’est quelque chose que j’aimerais écrit sur ma pierre tombale!