/news/society

Moins de feux de forêt au Québec en 2019

Pierre-Antoine Gosselin | TVA Nouvelles

Si des incendies ont ravagé l’Amazonie en 2019, il en a été autrement au Québec, où les feux de forêt ont fait moins de ravages qu’à l’habitude.

En date de septembre 2019, 331 feux de forêt ont touché le Québec alors que la moyenne à pareille date est de 460. Un peu plus de 5000 hectares de forêt ont brûlé cette année, soit beaucoup moins que les 36 000 répertoriés habituellement.

« En 25 ans, c’est l’année la plus tranquille qu’on a connu», estime Christian Tremblay, aéropointeur à la Société de la protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

Le bilan de la SOPFEU note que 2019 a surtout été marquée par des interventions à l'extérieur de la province.

Un printemps salvateur

 «La température a beaucoup aidé. On a eu un printemps qui a été assez humide, tout le monde va s’en souvenir. Il a tardé à arriver et ça a un impact pour nous », explique Marie-Louise Harvey, agente de prévention.

Cela n'a pas empêché la SOPFEU de participer à des opérations marquantes, comme en Alberta. Cette province canadienne a connu sa pire saison de feux de foret depuis les années 80.

Plus de 200 personnes, autant les pompiers forestiers que les mécaniciens, les pilotes que les agents d’informations, sont allés porter main forte à dans d’autres provinces.

« Ce n’est pas toujours évident, travailler sur la ligne de feu. Le plus difficile pour les pompiers là-dedans, c’est de garder le fort, garder le moral », ajoute Jérôme Crête, qui a compté quatre années d’expérience en tant que pompier avant de devenir gestionnaire à la base de La Tuque.

Deux avions-citerne Canadair du service aérien gouvernemental ont également été déployés en Californie. « On a vu beaucoup d’images de ça. C’est ce qui a marqué la saison pour les avions-citerne,» poursuit Jérôme Crête.

À la recherche d’employés

Pour avoir suffisamment d'effectifs, la SOPFEU doit embaucher 30 nouveaux pompiers chaque année. La Société connaît elle aussi ses difficultés de recrutement : «On a un travail qui inspire l’aventure, hors de l’ordinaire, ça nous aide mais d’un autre côté, on n’est pas différent de n’importe quelle autre organisation. On a tous de la difficulté », termine Marie-Louise Harvey.

Malgré une année plus tranquille, les pompiers de la SOPFEU continuent de faire beaucoup de prévention puisque cette année le nombre d’incendies de forêt causé par l’humain a augmenté de 10%. L’autre principale cause est la foudre.